Développement durable

Tous les articles

Climat: la 1ère édition de la Conférence Gateway Africa en juin à Marrakech

Climat: la 1ère édition de la Conférence Gateway Africa en juin à Marrakech

Elle est organisée par le groupe américain Bloomberg, en partenariat avec l’AMDIE, et mettra l’accent sur les mécanismes financiers d’appui à la résilience climatique de l’Afrique.

 

Par A. Diouf

Le Maroc est bien présent sur les radars du changement climatique dans le monde. La preuve, Marrakech, sa capitale touristique, a été choisie par le groupe américain Blooomberg, spécialisé dans les affaires et les médias, pour abriter la toute première édition de la Conférence Bloomberg New Economy Gateway en Afrique. L’événement aura lieu les 13 et 14 juin prochains. Il sera organisé en partenariat avec l’AMDIE (Agence marocaine pour le développement des investissements et des exportations), et accueillera des dirigeants politiques, opérateurs économiques et représentants d’organisations internationales.

Ces derniers feront le déplacement pour échanger sur les défis économiques actuels de la planète et de l’action climatique mondial en faveur de l’Afrique, qui est en première ligne des phénomènes météorologiques extrêmes, sans y être forcément préparée. Ces questions seront notamment abordées à travers les cinq piliers éditoriaux de Bloomberg New Economy, à savoir la finance, le commerce, la durabilité, la résilience et la sécurité, en s'appuyant sur les conversations qui ont eu lieu lors du 5ème Bloomberg New Economy annuel Forum, tenu en novembre dernier à Singapour.

 

Le Maroc, une porte d’entrée pour l’action climatique…

Rappelons qu’à cette occasion, l’inflation endémique à travers le monde, la guerre russo-ukrainienne, la famine qui menace avec les approvisionnements alimentaires qui diminuaient et les coûts qui montaient en flèche, les chaînes d’approvisionnement perturbées, les pénuries de maind’œuvre et la dépendance renouvelée aux combustibles fossiles qui menaçaient de mettre hors de portée les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre étaient au cœur des discussions. Certains de ces sujets, encore d’actualité, seront à coup sûr abordés à nouveau à Marrakech. En effet, «alors que nous étendons nos rassemblements sur la nouvelle économie à l'Afrique, nous sommes impatients d'élargir nos conversations au Maroc - une porte d'entrée majeure pour le commerce mondial et l'action climatique», a déclaré  Michael R. Bloomberg, fondateur de Bloomberg.

«Bloomberg est l’un des noms les plus influents et les plus reconnus du monde des affaires et des médias. Il est donc fantastique que la communauté de la nouvelle économie de Bloomberg se réunisse au sein du royaume chérifien pour discuter des problèmes qui affectent les personnes en Afrique et partout dans le monde, notamment le changement climatique», a expliqué de son côté Nicolas Pompigne-Mognard, membre fondateur du Conseil consultatif de la Conférence Gateway Africa.

 

… Une position encore consacrée par le CCPI

Signalons que le Maroc profitera de cet évènement d’envergure mondiale pour mettre en lumière ses avancées en matière de transition écologique, qui ont été récemment consacrées par le Climate Change Performance Index (CCPI) dans son rapport 2023. En effet, le rapport indique que le Royaume a obtenu des résultats élevés dans trois catégories principales du CCPI, comme lors des deux précédentes éditions, notamment en émissions de gaz à effet de serre, consommation d’énergie et politique climatique. Ces performances lui ont valu une 7ème place dans le classement, loin devant les trois autres pays africains en lice, à savoir l’Egypte (20ème), l’Afrique du Sud (44ème) et l’Algérie (48ème).

Concernant les énergies renouvelables, bien que la tendance en la matière soit très élevée au Maroc, le pays a obtenu une note très faible dans cette catégorie. La faute, selon le rapport, au manque de décentralisation des énergies renouvelables et au fait que les citoyens ne sont pas encouragés à produire leur propre énergie renouvelable.

Malgré tout, le Royaume demeure très attractif dans ce domaine où l’hydrogène vert offre des perspectives très intéressantes. Mouhcine Jazouli, le ministre de l'Investissement, de la Convergence et de l'Evaluation des politiques publiques, qui sera de la partie avec l’équipe de l’AMDIE, ne manquera pas de présenter les nouveautés introduites dans la charte de l’investissement pour attirer plus d’IDE.

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 23 Fevrier 2024

Les recettes fiscales dépassent 24 MMDH en janvier

Vendredi 23 Fevrier 2024

L'Europe et l'Afrique du Nord face à des vagues de sécheresse sans précédent

Vendredi 23 Fevrier 2024

Sécheresse: faut-il craindre un exode rural massif ?

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux