Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Culture & Société

Cinéma : Haïtham revient dans «Famila Janb El Hayt»

Cinéma : Haïtham revient dans «Famila Janb El Hayt»
Mercredi 06 Octobre 2010 - Par admin
8096_z* Devenu célèbre grâce à son rôle de Haïtam la tortue, dans Casanegra, Haïtham El Idrissi revient au cinéma après trois ans d'absence. * On a pu apprécier son jeu d'acteur dans le tout dernier téléfilm de Hicham Lasri «Famila Janb El Hayt» qui a été diffusé le jour de l'Aïd sur 2M.Souvenez vous, vous l'aviez découvert pour la première fois sur grand écran dans le personnage marginal mais très touchant de «Haïtham la tortue» dans le phénoménale CasaNegra, de Nour-Eddine Lakhmari. Une expérience très importante dans la carrière du jeune acteur. Après le grand succès de CasaNegra, on s'attendait à voir Haïtham enchaîner sur d'autres projets. Ce n'était pas le cas. Le jeune interprète s'est éclipsé pour trois ans. «Je dois beaucoup au rôle de Haïtham la tortue, un personnage à la fois complexe et attachant. Il a pu rendre mon visage familier auprès du grand public. Ce qui est marrant, c'est que les gens, au début, pensaient que j'étais un copain de classe ou le voisin qui habitait dans la rue à côté. Ce n'est qu'après un moment qu'ils m'ont reconnu avec un grand sourire aux lèvres ...» Et de continuer : «J'ai eu beaucoup de plaisir à interpréter ce rôle, mais il faut savoir tourner la page au bon moment et aller à la recherche de nouveaux challenges». Quand on lui pose la question sur les raisons de sa disparition durant tout ce temps, la réponse est : «Vous savez, quand on vit à 300% une expérience aussi intense et reconnaissante que celle de CasaNegra (rappelons que le jeune homme est aussi co-écrivain des dialogues du film), on a envie de bien réfléchir pour le prochain pas !» Mais ce n'est pas la seule raison. En effet, la famille du jeune acteur ne lui a jamais facilité la tâche pour faire de sa passion son métier. «Je ne viens pas d'une famille artistique... au bout d'un moment j'avais cédé à leur pression pour trouver «un vrai travail»... comme ils disent !» En effet, le jeune acteur avait misé sur sa maîtrise en administration et gestion des entreprises pour travailler dans une grande banque de la place. «Pendant trois ans, j'ai joué le rôle du banquier (rires). C'était une expérience très enrichissante sur le plan personnel et professionnel. Trois années durant lesquelles j'ai pu évoluer dans plusieurs fonctions. La dernière en date était au sein de l'animation commerciale, plus précisément pour les Marocains Résidant à l'Etranger. Dans ce poste, j'ai pu être en contact direct avec les protagonistes d'une thématique qui me tient tout particulièrement à cœur : l'immigration. D'ailleurs, le court métrage que j'ai écrit depuis un moment déjà traite de ce sujet sous un angle complètement inattendu. C'est un projet qui me tient beaucoup à cœur et qui, j'espère, verra le jour bientôt, Incha Allah». On aurait pu croire que le jeune Haïtham allait passer le restant de sa vie en costard-cravate. Mais c'était sans compter sur l'amour que ce jeune Casablancais porte en lui pour le cinéma. Car, quand on est passionné, on l'est à vie ! Haïtham a fini par répondre à l'appel du 7ème art. «Tout le monde me disait que j'étais fou de laisser tomber une situation de jeune cadre pour aller vers l'inconnu...». Heureusement qu'il l'a fait ! Les téléspectateurs ont pu apprécier son jeu d'acteur dans le tout dernier téléfilm de Hicham Lasri «Famila Janb El Hayt» qui a été diffusé le jour de l'Aïd sur 2M. On y retrouve Haïtham dans un registre complètement différent. Il y incarne le personnage de «Joui3ine» un jeune Casablancais abandonné par son père et dont la mère, qui n'as pu supporter ce départ, a succombé à une maladie. «J'ai beaucoup aimé le personnage de «Joui3ine», dans la mesure où c'est un vrai Casablancais pour qui tous les moyens sont bons pour survivre dans cette grande ville impitoyable qu'est Casablanca. » Le téléfilm qui est une comédie dramatique a été très bien accueilli par le public et a permis au jeune acteur de côtoyer de grands noms tels que Mohamed Khouyi, Malek Akmiss ou encore Tarik El Boukhari. Et ce n'est pas tout ! Le jeune talent est aussi à l'affiche du très attendu «La Sarabande des Pitbulls», le premier long métrage de Hicham Lasri. (actuellement en montage) «J'ai été présenté à Hicham par l'intermédiaire de sa productrice. Une femme adorable que j'avais connue au moment où je travaillais sur CasaNegra et que je n'avais plus revue depuis. Un jour, elle m'appelle pour me dire : «On prépare un téléfilm, je vais te présenter au réal' et c'est comme ça que j'ai connu Hicham» Dans ce long métrage, il donne la réplique à Malek Akmiss (qui est devenu un grand ami depuis) ou encore à Ismail Kanater, le Marocain de Hollywood. Rien que ça ! Quand on lui demande plus de détails sur son rôle, il répond : «Tout ce que je peux vous dire, c'est que c'est un rôle très différent de tout ce que j'ai pu faire avant et qui, en plus, évolue dans l'univers très spécial de Hicham Lasri...Vous savez, à partir du moment où la confiance s'installe entre le réalisateur et son comédien, ce dernier ne peut que se livrer entièrement aussi bien au personnage qu'au réalisateur... Et puis, c'est la magie du cinéma qui opère !» De cette expérience il garde un très bon souvenir. «L'ambiance sur le plateau était formidable, même si c'était un tournage où il y avait beaucoup d'action et pas mal de séquences de nuit.» Quand on lui demande de raconter une anecdote sur ce tournage, il répond avec un petit sourire : «Je n'oublierais jamais la nuit où je jouais dans une très grande scène. Nous n'étions que deux comédiens cette nuit-là. J'avais reçu un coup direct sur la gueule suite à un mouvement mal maitrisé de mon partenaire ...J'ai tenu mon rôle jusqu'au bout...A 5h00 du matin, même avec une gueule amochée et des égratignures sur tout le corps, je suis arrivé à retrouver le sourire quand le réalisateur est venu me dire : «Bravo, tu m'as donné la chair de poule !» Pour un comédien, il n'y a pas mieux comme cadeau... J'ai dû arrêter le tournage pendant 5 jours, le temps que ma lèvre ce dégonfle !» Après ce tournage, Haitham a eu une période de repos bien mérité. «J'ai pu prendre le temps de me reposer... on m'a contacté pour des projets, entre temps, mais j'estime que je dois consacrer à la famille un peu de mon temps, encore plus durant le mois sacré de Ramadan». Haitham prépare actuellement un autre projet. «Je viens d'être appelé pour rejoindre l'équipe pour un nouveau projet...et tout ce que je peux vous dire aujourd'hui, c'est que c'est un film qui ne passera pas inaperçu, c'est le moins qu'on puisse dire !» 
8
I. B.07-10-2010

Partage RÉSEAUX SOCIAUX