Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Bourse &Finances

Recul de l'activité du prêt/emprunt de titres en 2018

Actualité Financière Maroc - Recul de l'activité du prêt/emprunt
Jeudi 25 Juillet 2019 - Par seo

 

L’année 2018 a connu un recul notable de l’activité de prêt de titres, avec un volume des opérations qui s’est établit à 361 milliards de dirhams contre 510 milliards de DH, un an auparavant, soit une baisse de 29%, indique le sixième rapport sur le stabilité financière.

Néanmoins, l’encours à la fin de l’année 2018 a atteint 22 milliards de DH contre 15 milliards de DH une année auparavant et ce, après avoir enregistré un pic à 28 milliards de DH à fin août 2018.

 

Quasi-exclusivité sur les BDT…

Les opérations de prêt de titres portent principalement sur les Bons du Trésor qui représentent près de 93% des titres prêtés et ce, en raison de l’utilisation importante des BDT empruntés par les banques comme garantie des refinancements auprès de la banque centrale au titre des avances à sept jours, selon le rapport.

Les certificats de dépôts, obligations et bons des sociétés de financement ont également fait l’objet de prêt avec des parts respectives de 4%, 1% et 1%. Le prêt de titres sur actions représente, quant à lui, 2% du volume total. Nous constatons par ailleurs, que la baisse du volume de prêt de titres a été plus prononcée s’agissant des titres de dette privée dont la part s’est rétrécie de près des deux tiers en passant de 17% en 2017 à 6% en 2018.

 

…Avec une durée moyenne qui tend à baisser

La durée moyenne du prêt de titres a baissé quasiment pour toutes les catégories de titres. En effet, les durées moyennes de prêt des actions, BDT et CD passent respectivement de 10,3 et 4 semaines en 2017 à 6,2 et 2 semaines en 2018.

On note également que la quasi-totalité des opérations est réalisée par les OPCVM et les banques qui demeurent les principaux intervenants sur ce marché. Les prêts de titres sans collatéral constituent toujours la majorité des opérations et requièrent un suivi rapproché en attendant l’entrée en vigueur de l’amendement de la loi sur les prêts de titres qui renforce les exigences en matière de couverture du risque de contrepartie.

 

Partage RÉSEAUX SOCIAUX