Opinions libres

Tous les articles

Soutien aux EEP : Benchaâboun explique le fonctionnement du fonds de garantie

Soutien aux EEP : Benchaâboun explique le fonctionnement du fonds de garantie

 La dernière réunion du Comité de Veille Economique a décidé la création d'un fonds de garantie qui permettra aux entreprises publiques, durement touchées par la crise, de lever des fonds. Un dispositif où la Caisse centrale de garantie jouera un rôle prépondérant.

 Les explications de Mohamed Benchaâboun, ministre de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'Administration.

 

Propos recueillis par A. Elkadiri

 

Finances News Hebdo: Comment sera alimenté le fonds de garantie ? Comment fonctionnera-t-il ?

Mohamed Benchaâboun : Jusqu’à présent, la Caisse Centrale de Garantie (CCG) gérait les risques liés aux crédits PME pour le compte de l’Etat en faisant des appels de fonds en fonction de la mise en jeu de sa garantie. Ainsi, les risques avérés sont constatés directement sur le budget de l’Etat dans le cadre de l’exécution des lois de finances.   

Les mesures prises depuis le début de la crise actuelle visant à accompagner les d’entreprises en difficulté du fait de l’état d’urgence sanitaire s’appuient sur la mise en place de lignes de crédit additionnelles garanties par l’Etat.

De plus, ces garanties ont été étendues à toutes les catégories d’entreprises (cf. comité de veille du 8 mai 2020). Le mode de fonctionnement de la CCG sera revu afin de s’adapter à cette nouvelle approche. Le changement consistera notamment en la prise en charge du risque directement par la CCG et sera inscrit sur son bilan; l’Etat intervenant en dernier recours. 

L’Etat dotera ainsi la CCG des fonds nécessaires à la couverture du risque en fonction des sommes garanties, des types de produits et des taux de défaut prévisionnels associés. Ces taux seront ajustés annuellement en fonction des réalisations.

Pour répondre à votre question, nous nous acheminons vers une alimentation de la CCG par les fonds publics nécessaires lui permettant de couvrir de façon rationnelle les risques. Cela permettra d’amplifier l’intervention de la CCG, de l’aligner aux meilleures pratiques internationales, de faire jouer le levier financier dans le sens d’une optimisation de son intervention. 
 

F.N.H: Par quels moyens les EEP comptent-ils lever de nouvelles ressources financières (émissions obligataires, financements bancaires,...)?

M. B. : Certains Établissements et Entreprises Publics (EEP) sont directement et fortement impactés par cette crise et ont d’ores et déjà exprimé des besoins financiers importants.

Les actions à mener notamment en matière de mobilisation de moyens financiers exceptionnels pour les accompagner durant cette période difficile sont spécifiques à chaque établissement.

La majorité des établissements publics aura recours, en fonction des spécificités de chacun, aux moyens disponibles sur le marché marocain : crédits bancaires, émissions obligataires, titrisation, factoring,..

D’autres établissements publics pourraient mobiliser des financements internationaux. Ces financements serviront d’une part à reprendre leur activité normale et, d’autre part, à accélérer le rythme de leurs investissements en vue de participer à la phase de relance de notre économie.

 

F.N.H: Des recapitalisations sont-elles envisagées ?

M.B. : Chaque fois que c’est nécessaire, l’Etat reconstituera les fonds propres de certains EEP, car détruits suite aux pertes d’exploitation générées par l’arrêt brutal de leur activité.

Pour d’autres EEP, l’Etat renforcera les fonds propres pour leur ouvrir la possibilité de lever les financements nécessaires permettant de couvrir des besoins additionnels de trésorerie liés à la crise actuelle.

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 15 Avril 2024

Financement: BMCI lance "CapAccess By BMCI"

Dimanche 14 Avril 2024

Les recettes douanières dépassent 20,68 MMDH à fin mars 2024

Samedi 13 Avril 2024

Dette extérieure: la PEG se creuse à 791,6 milliards de DH en 2023

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux