Sahara Marocain: ALGER TOURNE EN ROND

Sahara Marocain: ALGER TOURNE EN ROND

Le dossier du Sahara marocain s’est invité à la 77ème Assemblée générale de l’ONU. L’on se doutait bien que le Maroc allait profiter de cette tribune pour, une fois de plus, mettre les points sur les «i» et appeler l’Algérie à assumer pleinement ses responsabilités. Il y a des constantes dans ce conflit artificiel savamment entretenu par le pouvoir algérien. Il semble utile de les rappeler de temps à autre.

Primo : le Royaume est résolument engagé à parvenir à une solution politique définitive au différend régional artificiel autour du Sahara marocain, sur la base de l’initiative marocaine d’autonomie et dans le cadre de la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale du Maroc.

Cela a été clairement réaffirmé lors de cette AG par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, mardi à New-York. Secundo : Cette initiative, jugée «sérieuse et réaliste» est soutenue par le Conseil de sécurité et plus de 90 pays depuis qu’elle a été présentée en 2007, soit 15 ans maintenant.

Tertio : La participation de l’Algérie, avec sérieux et bonne foi, au processus des tables-rondes, au même titre que sa responsabilité avérée dans la création et le maintien de ce différend artificiel, est une condition sine qua non pour parvenir à un règlement définitif à cette question, dixit Akhannouch.

Ces réalités et vérités, Alger ne veut cependant guère les entendre. Le pouvoir en place préfère se défausser pour prendre en otage le processus politique onusien. La preuve : son refus de prendre de nouveau part aux tables-rondes (www.fnh.ma), malgré ses responsabilités avérées dans ce dossier. Alger préfère tourner en rond et laisser le conflit en l’état, tout en continuant à manipuler des séparatistes du polisario rompus aux exactions, détournements d’aides humanitaires et autres trafics dans les camps de Tindouf.

Clairement, Alger nargue la communauté internationale. Et ne veut nullement qu’il y ait un point final au dossier du Sahara marocain. Pour autant, cela n’entame nullement l’implication du Maroc dans le développement de ses provinces sahariennes.

Bien au contraire. Comme le rappelle Akhannouch, «les provinces du Sud vivent au rythme d’une dynamique de développement irréversible, dans le cadre du nouveau modèle de développement lancé par SM le Roi Mohammed VI en 2015». Cela, rien ne pourra le changer. Même les agissements occultes du pouvoir algérien. 

 

 

Par F.Z Ouriaghli

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 02 Octobre 2022

Programme Forsa : «La réussite ou l’échec de tout projet intervient dans la phase post-création»

Samedi 01 Octobre 2022

Pouvoir d’achat: le gouvernement va baisser l'IR en 2023

Samedi 01 Octobre 2022

BTP: le plan anti-inflation de TGCC

Vendredi 30 Septembre 2022

Taux directeur: JOUAHRI ABDIQUE

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux