Taux immobiliers: deuxième mois de stagnation, des écarts importants entre les banques

Taux immobiliers: deuxième mois de stagnation, des écarts importants entre les banques

Après mars, les taux immobiliers ressortent de nouveau stables en avril à 4,57% en moyenne selon le baromètre d’Afdal.ma. Cependant, il existe des écarts de taux sensibles entre certaines banques. Ils peuvent aller jusqu’à 25 points  sur plus de 25 ans.

Le baromètre d’Afdal.ma, le comparateur en ligne de référence pour les crédits immobiliers au Maroc, affiche un taux moyen, toutes durées confondues, stable pour le mois d’avril. "Les taux sur une durée de 15 ans se fixent à 4,50% en moyenne et à 4,75% sur plus de 25 ans. Cette vue générale masque cependant certaines opportunités. Il existe des écarts de taux sensibles entre certaines banques. Ils peuvent aller jusqu’à 25 points sur plus de 25 ans pour un prêt de plus d’1 million de DH ", indique le baromètre.

Toutefois, ce différentiel est susceptible de se resserrer au cours des prochains mois, préviennent les professionnels. "Selon les échos du marché, de nouvelles hausses de taux sont attendues vers la fin du mois de mai ou en juin. Cette orientation des taux va renforcer la pression sur le marché du crédit immobilier et diminuer la capacité d'emprunt des ménages", ajoute Afdal.

La pression exercée par l’inflation sur les finances des ménages et la hausse des taux immobiliers risquent de compliquer l’accession à la propriété pour de nombreux ménages. Cela dit, chaque situation est unique. Dans l’analyse du risque des banques, certains éléments dont les revenus, l’apport personnel, l’épargne, la gestion des comptes bancaires… sont susceptibles d’octroyer une marge de négociation pour certains profils.

Pour le baromètre, "les taux immobiliers ne vont pas baisser de sitôt. Ils pourraient même s’accélérer au cours des prochains mois à en croire les professionnels. Financer son projet immobilier peut s’avérer une tâche bien plus ardue que par le passé d’autant plus que la conjoncture pèse sur les finances des ménages et peut contrarier bien de projets. Cependant, chaque situation est unique, et il est important pour les emprunteurs de comprendre comment la hausse des taux immobiliers peut impacter leur situation financière et de faire les choix qui leur permettront de maintenir leur projet immobilier à flot".

Dans le contexte actuel, "les banques sont très sélectives et étudient scrupuleusement le profil de chaque emprunteur pour déterminer le niveau de risque qu'ils représentent. Les éléments qui entrent en jeu dans l'analyse sont nombreux : revenus, apport personnel, épargne, gestion des comptes bancaires…Toutefois, même si le niveau de revenus reste un critère déterminant pour obtenir un meilleur taux immobilier, il existe d'autres pistes à explorer pour la négociation".

Par ailleurs, Afdal recommande "d'augmenter son apport personnel est une des pistes à considérer pour négocier un meilleur taux. En effet, l'apport personnel permet de financer les frais annexes au crédit, tels que les frais de garantie, les frais de notaire, les frais de dossier, etc. Disposer d'un apport élevé permet de négocier à la baisse le taux immobilier. Avoir de l'épargne est également un critère important pour négocier un bon taux. En effet, si vous mettez régulièrement de l'argent de côté et que vous avez un comportement de gestionnaire exemplaire, vous pourrez négocier votre taux immobilier. En revanche, si vous êtes régulièrement à découvert, la banque peut se montrer réticente."

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 25 Juin 2024

Artisanat : formation de 30.000 apprentis à l'horizon 2030, selon Ammor

Lundi 24 Juin 2024

La Banque mondiale accorde 600 millions de dollars pour renforcer le secteur public au Maroc

Lundi 24 Juin 2024

Téléphonie mobile : plus de 55,4 millions d'abonnés au premier trimestre 2024

Lundi 24 Juin 2024

Hébergement touristique au Maroc : plus de 7,8 millions de nuitées à fin avril 2024

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux