Cryptomonnaies: la fièvre acheteuse se tasse, mais …

Cryptomonnaies: la fièvre acheteuse se tasse, mais …

Le Maroc, face à l'élan des cryptomonnaies, oscille entre adoption audacieuse et régulation prudente. Zoom sur cette nouvelle donne financière.

 

Par Khalid Aourmi

Dans la finance numérique, le Maroc émerge rapidement comme l'un des leaders inattendus dans le domaine des cryptomonnaies. Cette position est d'autant plus remarquable lorsque l'on considère les défis réglementaires. Selon une étude récente d'Insider Monkey, le Maroc se positionne parmi les vingt pays où le Bitcoin est le plus populaire, témoignant d'une adoption croissante des cryptomonnaies. En fait, près de 5% de la population marocaine ont déjà franchi le pas dans l'univers crypto. Étonnamment, ce pourcentage dépasse celui de géants comme les ÉtatsUnis et le Vietnam.

Elaboré par la renommée Chainalysis, le Global Crypto Adoption Index 2023 place le Maroc à la 20ème position mondiale, malgré une baisse de six places par rapport à l'année précédente. Toutefois, par rapport à ses voisins d'Afrique du Nord, le Maroc brille, surpassant l'Égypte, l'Algérie, la Tunisie et la Libye en matière d'adoption des cryptomonnaies. Mais alors, comment un pays où les transactions en crypto sont officiellement interdites peut-il connaître un tel engouement pour ces monnaies numériques ? Cela pourrait s'expliquer par la jeune génération.

Majoritairement âgés de 20 à 30 ans, ces jeunes voient dans les cryptomonnaies une opportunité d'améliorer leur situation financière et d'accéder à des services en ligne inédits. Badr Bellaj, cofondateur de «Mchain», met en évidence la résilience des Marocains dans ce domaine : «Même dans un contexte difficile, l'intérêt pour les cryptomonnaies n’a pas diminué. Cela démontre que les Marocains ne s'y engagent pas seulement pour la spéculation». En outre, le pays montre une préférence pour les transactions Peer-to-Peer (P2P), favorisant les échanges directs. Selon Bellaj, «les plateformes d'échange, comme Localbitcoin, signalent des volumes d'échange d'environ 8 millions de dirhams par mois - un chiffre révélateur de l'ampleur de l'engouement pour les cryptos au Maroc».

L'horizon réglementaire

Face à ce bouillonnement d'activités crypto, le Maroc est à une intersection : la fascination pour le nouveau monde financier et les impératifs de sécurité et de régulation. C'est dans ce contexte que Bank Al-Maghrib intervient. En effet, l'avenir réglementaire des cryptomonnaies au Maroc reste, à ce jour, quelque peu flou. Sur ce point, la Banque centrale a pris des mesures pour réglementer l'utilisation des cryptos. Bien qu'en apparence stricte, cette réglementation pourrait jeter les bases d'une intégration officielle des cryptomonnaies. Lors de la dernière réunion trimestrielle de 2022, le wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri, avait déclaré que «le projet de loi relatif à la régulation des cryptomonnaies est fin prêt, mettant ainsi l'accent sur la nécessité d'un cadre réglementaire adapté».

Les cryptomonnaies en action

Mais ce n'est pas tout. La valeur des cryptomonnaies ne se limite pas à leur potentiel économique. Elles ont également démontré leur potentiel humanitaire. Suite au récent séisme qui a frappé la région d’Al Haouz (MarrakechSafi), Binance, l'une des plus grandes plateformes d’échange en cryptomonnaies au monde, a pris l'initiative d'apporter son soutien aux victimes. Ainsi, Binance distribuera jusqu'à 3 millions de dollars en BNB aux utilisateurs de Binance.

«L'identification des utilisateurs sera basée sur les preuves d'adresse (POA) complétées avant le 9 septembre 2023 dans les provinces de Marrakech-Safi … Les utilisateurs qui ont rempli la POA avant cette date dans la région de MarrakechSafi recevront chacun 100$ en BNB directement sur leur compte Binance», note la plateforme sur son site officiel. Ce dernier a vu une opportunité d'engagement dans un pays progressivement ouvert à la modernisation financière.

Cette démarche philanthropique souligne la capacité des cryptomonnaies à fournir une assistance rapide en période de crise, mettant en lumière leur utilité dans le contexte humanitaire. Au final, le défi pour le Maroc est de trouver le juste équilibre entre réglementation, innovation et responsabilité. L'orientation future du Maroc dans l'univers des cryptomonnaies reste à déterminer, mais l'énergie et la persévérance avec lesquelles les Marocains adoptent cette nouvelle ère financière ne fléchiront pas de sitôt.

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 17 Juin 2024

Hajj 2024 : les technologies numériques au service des pèlerins

Dimanche 16 Juin 2024

Hausse des salaires : «L’appareil exécutif doit avoir l’audace de mieux taxer les secteurs riches et monopolisés»

Dimanche 16 Juin 2024

Stress Hydrique: une approche novatrice pour la gestion durable de l’eau en milieu urbain

Dimanche 16 Juin 2024

Peines alternatives : «L'amende journalière doit être pensée de façon à ce qu'elle ne favorise pas les criminels riches»

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux