Chute de FTX: «Il ne faut pas garder ses fonds dans une plateforme d’échange»

Chute de FTX: «Il ne faut pas garder ses fonds dans une plateforme d’échange»

Spécialiste en cryptoactifs, Imru Al Qays Talha Jebril revient dans cet entretien sur plusieurs aspects de la récente débâcle de FTX.

 

Propos recueillis par K. A.

Finances News Hebdo : Comment voyez-vous la crise de FTX ? Est-elle annonciatrice d’un effondrement de l’écosystème, notamment du Bitcoin ?

Imru Al Qays Talha Jebril : La crise de la plateforme d’échange FTX est, comme l’a mentionné Michael Saylor, l’une des publicités les plus chères pour le Bitcoin et son concept de «Self Custody», c'est-à-dire le contrôle de ses propres clés privées. FTX a abusé de la confiance de ses utilisateurs pour leur vendre des «‘IOU’ Bitcoin» (je vous dois du Bitcoin). Et en contrôlant leurs clés privées, ils ont détourné les fonds des investisseurs pour les placer dans des positions avec levier (leverage position) et les utiliser dans des aventures entrepreneuriales qui se sont avérées très risquées à travers leur filiale Alameda Research. L’effet de la débâcle FTX sur le court terme est l’effondrement de la confiance des utilisateurs lambda de la crypto-monnaie dans les plateformes d’exchange. Elon Musk a dit «Bitcoin will survive, but it will be a long winter», estimant ainsi que le Bitcoin va très certainement survivre à toutes ces crises, parce qu’il ne dépend pas d’un CEO, d’une organisation, d’un organigramme ni d’une structure. Satoshi a inventé le Bitcoin pour que l’on soit maître de nos fonds et qu’aucune partie tierce ne puisse en avoir le contrôle. Malheureusement, avec la prolifération des plateformes d’exchange, nous somme retombés dans un scénario pré-BTC. Cela dit, pour moi, ce niveau de prix représente une opportunité pour les nouveaux investisseurs, sachant que le prochain ‘halving? (la division des recettes en BTC des mineurs en deux) est attendu pour fin 2023 ou début 2024, ce qui a historiquement causé les «Bulls run» de BTC.

 

F.N.H. : Quelles sont les dispositions à prendre pour réduire les risques ?

I.Q.T.J. : Il ne faut pas garder ses fonds dans une plateforme d’exchange telle que Binance ou FTX; il fallait transférer tous ses BTC, ETH et autres cryptos sur ce qu’on appelle un «Cold wallet». La raison étant que les plateformes d’exchange contrôlent vos clés privées, et par conséquent vos fonds. Cela va à l'encontre même de l’innovation principale du Bitcoin qui consiste en la capacité de contrôler ses propres fonds à travers les clés de cryptage privées. CZ, le CEO de Binance, a même annoncé «Self custody is a human right», que l’on peut traduire par «la détention personnelle est un droit humain». Je suis tout à fait d’accord avec CZ qui a d’ailleurs pris la peine de publier les réserves de Binance par souci de transparence et pour éviter un «Bank run», c’est-à-dire un moment de panique où les gens essayent de retirer tous leurs fonds des plateformes exchange en même temps. Cela a eu lieu avec la plateforme «crypto.com», qui s’en est plutôt pas mal sorti. Pour moi, l'écosystème des plateformes d’exchange manque de régulation et de système de comptabilité (accountability), et c’est ce qui a permis à des personnes comme Sam Bank Friedman d’utiliser le token de sa plateforme d’exchange, le FTT (sans valeur intrinsèque), comme collatéral et utiliser les fonds de ses propres clients comme fonds propres de sa plateforme. Actuellement, le Bitcoin a atteint des cours autour de 16.000 dollars, ce qui est tout à fait normal vu la tendance baissière que nous connaissons depuis le début de l'année 2022 (Bear Market) ainsi que les crises successives dans l’environnement crypto (Luna, Celsius, Three Arrow Capital…). Par contre, ce que l’on constate On Chain (transactions sur la blockchain ), c’est que les grands acteurs institutionnels, ou ce qu’on appelle les «Whales», ne font qu’accumuler massivement les cryptoactifs à ces prix bas. La peur de certains est une opportunité pour d’autres.

 

F.N.H. : Les Marocains sont très actifs sur les plateformes d'échange de crypto. Avez-vous eu des retours de quelques investisseurs sur FTX ?

I.Q.T.J. : En ce qui concerne les Marocains, je suis sûr que beaucoup ont perdu de grosses sommes dans cette débâcle. Pour certains, ça sera la fin de leur aventure dans le monde de la crypto. Je connais des personnes qui ont perdu leurs fonds sur FTX à cause de leur nonchalance à retirer leurs fonds sur un Ledger, par exemple. Cette erreur les a conduits à ne plus jamais faire confiance aux plateformes d’exchange. Le Maroc, de toutes les façons, opère dans le flou juridique par rapport à ces plateformes et la venue de CZ au Maroc n’a rien fait avancer en termes de régulation ou de protection de l’investisseur. Je pense aussi que les Marocains qui sont dans l'écosystème depuis longtemps et comprennent qu’ils peuvent stocker leurs cryptos sans se faire hacker tout en contrôlant leur clé privée, resteront dans le marché et se verront récompenser une fois que les marchés reviendront dans le vert. 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 21 Novembre 2022

Chute de FTX: peut-on toujours faire confiance à la crypto ?

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux