Bourse & Finances

Tous les articles

Marocains résidant à l'étranger: «Leurs investissements au Maroc représentent seulement 10% des transferts»

Marocains résidant à l'étranger: «Leurs investissements au Maroc représentent seulement 10% des transferts»

L’année 2023 a connu une hausse très importante des transferts des Marocains résidant à l’étranger, dépassant les 115 Mds de DH, un record. Comment le Maroc peut-il exploiter les opportunités liées aux transferts de manière durable pour renforcer son économie ?

Entretien avec Abdelkhalek Hassini, enseignant-formateur en France, conférencier, spécialiste en migration et développement et président du collectif «CADOriental Europe».

 

Propos recueillis par Ibtissam Z.

Finances News Hebdo : Les Marocains du monde ont transféré au Maroc près de 115,15 milliards de dirhams en 2023, soit une hausse de 4% par rapport à 2022. Il s’agit d’un nouveau record établi, dépassant même les prévisions de Bank Al-Maghrib. Comment expliquez-vous cette hausse et quel est son impact sur l’économie marocaine ?

Abdelkhalek Hassini : La dynamique économique du Maroc connaît actuellement une transformation majeure, largement propulsée par une augmentation sans précédent des transferts financiers des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Cette croissance substantielle ouvre la voie à une réflexion stratégique sur l'implication cruciale des Marocains du monde (MDM) dans une vision industrielle ambitieuse et inclusive d'ici 2030. En 2023, ces transferts ont atteint un niveau historique de 115,15 milliards de dirhams, surpassant de manière significative les 110,72 Mds de DH de l'année précédente. Cette augmentation de 4% peut être attribuée à divers facteurs dynamiques. Tout d'abord, la diaspora marocaine a maintenu un lien solide avec son pays d'origine malgré les défis économiques mondiaux, stimulant ainsi la confiance dans les investissements au Maroc. De plus, la stabilité politique et les réformes économiques au Maroc ont renforcé la perception du pays en tant que destination attrayante pour les investissements. En réaction à la tragédie du séisme dévastateur du 8 septembre 2023, les MRE ont démontré une solidarité extraordinaire envers leur patrie. Leur réponse empathique s'est concrétisée par une mobilisation exemplaire pour venir en aide aux sinistrés.

Dans un geste empreint d'une profonde connexion émotionnelle envers le Maroc, les MRE ont apporté leur soutien au Fonds spécial créé sur hautes instructions de S.M. le Roi Mohammed VI pour la gestion des effets du tremblement de terre. Leur contribution financière significative à ce fonds a non seulement atténué les conséquences immédiates du séisme, mais a également exercé une influence positive sur la hausse des transferts financiers en 2023. Cet élan de solidarité illustre la puissance de l'attachement des MRE à leur patrie, soulignant leur rôle vital dans le renforcement de l'économie nationale, particulièrement en des moments cruciaux. L'impact de la hausse record des transferts des MRE sur l'économie marocaine est très significatif. Ces transferts jouent un rôle crucial en agissant comme des garants de la stabilité des réserves de change, avec des répercussions tangibles sur la vie quotidienne des citoyens locaux. Souvent qualifiés d'«ambassadeurs économiques», ces MRE deviennent des acteurs essentiels du développement global du Maroc en créant des opportunités d'emploi, stimulant la croissance économique et consolidant les liens indissolubles entre le Maroc et sa diaspora à travers le monde. Au-delà de leur impact économique immédiat, ces transferts revêtent une dimension durable. Les MRE ne se limitent pas à être de simples contributeurs financiers, ils sont également les moteurs du développement durable. Leurs transferts financiers soutiennent des secteurs cruciaux tels que l'éducation, la santé et l'entrepreneuriat au Maroc, contribuant ainsi à un développement à long terme.

 

F.N.H. : Pourtant, les investissements des MRE au Maroc représentent seulement 10% des transferts. Quelles sont les mesures à mettre œuvre pour encourager les ressortissants à investir massivement dans leur pays ?  

A. H. : Les MRE, forts de leur

influence économique, constituent un pilier essentiel pour le développement économique du Maroc. Néanmoins, bien que leur contribution financière soit considérable, les investissements directs dans le pays ne reflètent pas pleinement leur potentiel. Leurs investissements au Maroc demeurent en deçà de leur potentiel, représentant seulement 10% des transferts, dont 20% sont alloués aux dépôts bancaires, et le reste (70%) est consacré à la consommation. Parmi les 10% investis, l'immobilier s’accapare 70%, laissant seulement 20% pour les secteurs des services et de l'industrie. Plusieurs raisons expliquent cette situation. La complexité administrative actuelle dissuade de nombreux MRE d'explorer les opportunités d'investissement au Maroc; cela entrave le plein potentiel économique. En outre, les avantages fiscaux actuels manquent de compétitivité, nécessitant une révision pour attirer des investissements plus importants. L'accentuation excessive sur l'immobilier crée des barrières à la diversification, entravant l'expansion dans d'autres secteurs économiques. Pourtant, des opportunités stratégiques existent. D'une part, la simplification des procédures administratives peut alléger le fardeau administratif, ouvrant la voie à des investissements plus agiles.

D'autre part, la révision des avantages fiscaux peut catalyser une participation accrue des MRE dans des secteurs prioritaires, propulsant le développement économique. Il faut organiser des programmes de formation et de sensibilisation, tant au Maroc qu'à l'étranger, pour informer les MRE sur les opportunités d'investissement, les accompagner dans leurs démarches et accroître leur connaissance des secteurs porteurs. Créer des réseaux d'entrepreneuriat facilitant la mise en relation des MRE avec des partenaires locaux, favorise largement les partenariats et les projets collaboratifs. En impliquant activement les ambassades et consulats du Maroc à travers le monde, le gouvernement peut renforcer sa stratégie d'attraction des investissements des MRE. Ces missions diplomatiques peuvent jouer un rôle décisif en servant de relais d'information, de soutien logistique et d'intermédiaires dans le processus d'investissement, en contribuant à une démarche plus judicieuse et globale. Enfin, la diversification des investissements au-delà de l'immobilier peut ouvrir des horizons nouveaux et prometteurs dans les secteurs dynamiques des services et de l'industrie. Libérer le potentiel inexploité des MRE nécessite une vision audacieuse, où la diversification des investissements devient le catalyseur d'une croissance économique soutenue. En définitive, un appel vibrant à une participation active, transformant les chiffres en actions et les opportunités en réalité économique florissante.

 

F.N.H. : Comment la diaspora marocaine peut-elle, aujourd’hui, développer, voire améliorer le tissu entrepreneurial national ?

A. H. : La diaspora marocaine, forte de plus de 5,5 millions de membres répartis sur plus de 120 pays, représente un pilier capital pour le développement économique du Maroc. Son réseau international et son expertise diversifiée constituent des atouts majeurs pour l'entrepreneuriat national. Les MRE sont des acteurs clés au sein de réseaux internationaux, facilitant l'accès à des partenariats et des opportunités de marché à l'échelle mondiale, insufflant une énergie nouvelle dans des secteurs économiques cruciaux. Parallèlement, bien que les transferts financiers des MRE représentent une contribution importante, il est impératif de promouvoir un investissement direct substantiel dans des projets entrepreneuriaux locaux. La mise en place de dispositifs d'accompagnement adaptés aux besoins particuliers des MRE, comprenant des opportunités de formation, revêt une importance capitale pour faciliter leur intégration professionnelle au sein de leur pays d'origine. De plus, la simplification des procédures administratives relatives aux investissements et aux affaires au Maroc est essentielle. Elle offre aux MRE un accès aisé aux opportunités d'investissement et d'affaires dans le pays. La création de plateformes virtuelles dédiées aux MRE, conviviales et riches en informations, représenterait une avancée significative pour simplifier leur accès aux renseignements et aux opportunités au Maroc.

Ces plateformes favoriseront la communication et la coopération entre les entrepreneurs de la diaspora et leurs homologues locaux. Enfin, la mise en œuvre de programmes de mentorat ciblés jouera un rôle stimulant dans la transmission des connaissances et compétences des MRE. Pour concrétiser cette vision, un soutien institutionnel renforcé est nécessaire, englobant l'instauration d'incitations fiscales spécifiques aux investissements des MRE dans des entreprises locales et l'établissement d'un cadre réglementaire favorable pour simplifier les démarches administratives. La protection des droits et des intérêts des MDM ainsi que la promotion de leur contribution au développement du pays représentent des engagements fondamentaux. Cela passe par la mise en place de politiques sérieuses, transparentes et exemplaires en matière de gestion des Marocains résidant à l'étranger. La participation active des MDM dans les processus décisionnels, via des mécanismes de consultation et des forums est primordiale pour témoigner de la reconnaissance de leur contribution potentielle et de leur importance dans la construction de l'avenir du Maroc. La diaspora marocaine, avec ses liens internationaux et son savoirfaire, peut jouer un rôle pivot dans l'essor entrepreneurial du Maroc. En adoptant des mesures incitatives ciblées, en facilitant la collaboration et en investissant dans des initiatives locales, le Maroc peut transformer cette diaspora en un moteur d'innovation et de croissance économique.

 

F.N.H. : Quelle stratégie faut-il adopter pour valoriser et optimiser l’impact des transferts des MRE sur le développement économique du Maroc ?  

A. H. : Dans un monde de plus en plus connecté, les transferts financiers des MRE se présentent comme une puissante source d'opportunités pour propulser le développement économique du Maroc. Comment alors élaborer une stratégie visionnaire afin de valoriser et optimiser au maximum l'impact de ces transferts sur la prospérité du pays ? La valorisation des transferts des MRE pour le développement économique du Maroc requiert une approche stratégique et inclusive. Bien que les flux financiers en constante croissance offrent des opportunités uniques pour dynamiser les secteurs clés de l'économie marocaine, certaines pistes méritent d'être explorées pour en tirer pleinement profit. Mettre en œuvre rapidement le mécanisme d'accompagnement des MRE, préconisé par Sa Majesté, se profile comme le catalyseur essentiel, suscitant un changement positif à plusieurs niveaux. En contribuant activement au développement économique et social, ce dispositif orienterait les choix d'investissements des MRE, en optimisant l'impact positif de leurs transferts. Les conventions sur l'échange de données fiscales suscitent des inquiétudes légitimes chez les MRE, menaçant leur rôle crucial dans la revitalisation économique du Maroc.

Une approche proactive, rassurante et respectueuse des engagements internationaux est impérative pour protéger les droits des MRE et préserver leur contribution vitale. Encourager les MRE à orienter leurs transferts vers des investissements productifs, au-delà de la consommation et de l'immobilier, constitue un pivot stratégique. La promotion d'investissements dans des secteurs tels que l'industrie, la technologie, l’aéronautique et les énergies renouvelables est essentielle pour une croissance pérenne. L'optimisation des transferts des MRE requiert des infrastructures financières renforcées. Faciliter les procédures, intégrer des technologies innovantes et réduire les coûts de transaction sont des étapes décisives pour maximiser l'efficacité et diriger ces fonds vers des investissements productifs. Créer un cadre réglementaire propice, avec transparence, stabilité juridique et simplification des démarches administratives est indispensable pour rassurer les investisseurs MRE potentiels. Une confiance renforcée favorisera une participation active à l'économie nationale. Sensibiliser activement les MRE sur les opportunités d'investissement au Maroc est un levier puissant. Campagnes ciblées, événements promotionnels et partenariats avec la diaspora contribuent à renforcer la connexion entre les MRE et les opportunités dans leur pays d'origine.

L'instauration d'un dialogue ouvert et transparent avec la communauté MRE à l'étranger est indispensable. Des consultations régulières garantissent la compréhension des préoccupations spécifiques, renforcent la confiance et assurent que les droits des MRE sont pris en compte dans le processus décisionnel. L'implication active et continue des MRE dans la nouvelle stratégie industrielle 2030 est impérative. Leur participation enrichit le projet, apportant des idées novatrices et renforçant l'attractivité du Maroc pour les talents internationaux. Les associations des MRE, acteurs clés de la mobilisation de la diaspora, facilitent la communication, la coopération et le réseau entre les MRE et les acteurs économiques au Maroc. Identifier leurs compétences spécifiques et les mettre en relation avec des opportunités renforce la contribution des MRE. Somme toute, l’adoption d’une stratégie globale, intégrant diversification des investissements, renforcement des mécanismes financiers, cadre réglementaire favorable, sensibilisation active et dialogue avec la diaspora, transforme les transferts des MRE en un puissant moteur de croissance. La synergie entre la diaspora et le Maroc ouvre la voie à une prospérité durable, façonnant une nation où les opportunités, l'innovation et la solidarité s'entrelacent harmonieusement. Ainsi, les Marocains du monde se positionnent comme les gardiens d'un avenir fructueux. 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 22 Avril 2024

Economie bleue: le Maroc s'engage résolument dans le développement du secteur

Lundi 22 Avril 2024

Maroc : l’inflation à 0,9% en mars

Dimanche 21 Avril 2024

Immobilier: «Le gouvernement doit revoir les clauses de l’aide au logement»

Dimanche 21 Avril 2024

Location de voitures: le nouveau cahier des charges rejeté par la Flascam

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux