Bourse & Finances

Tous les articles

Marché des capitaux: les investisseurs retiennent leur souffle

Marché des capitaux: les investisseurs retiennent leur souffle

Que ce soit sur le marché des taux ou sur les actions, les opérateurs lèvent le pied dans l'attente de la suite des événements.

Bank Al-Maghrib et le déficit budgétaire en toile de fond.

 

Par A. Hlimi

 

Alors que la Bourse de Casablanca fait du surplace depuis fin février, dans l'attente des résultats annuels des entreprises et surtout de leurs annonces de dividendes, les investisseurs sur le marché des taux, plus regardants sur la macroéconomie, montrent également des signes d'attentisme en attendant l'évolution de leurs deux principaux catalyseurs du moment : l'évolution des besoins de financement de l'Etat et le Conseil de Bank Al-Maghrib prévu le 23 mars.

Bank Al-Maghrib a maintenu son taux directeur inchangé en décembre dernier. Une décision que le marché avait largement anticipée. Mais en ce qui concerne mars 2021, les avis divergent, bien que le statu quo soit un peu plus souvent présent dans le discours des gérants et des bureaux de recherche.

Absence de consensus

A côté, la pression sur les finances publiques devient un peu plus palpable, du moins suffisamment pour bouleverser, ne serait-ce que momentanément, le consensus baissier sur les taux. Ce manque de visibilité se traduit par une stabilité des taux sur le marché primaire depuis 2 semaines, poussant même certaines sociétés de gestion à conclure sur «un essoufflement de la baisse des taux» dans leur reporting en prévoyant, à demi-mot, une fin de partie pour l'argent bon marché dont bénéficie l'Etat. Une prévision loin d'être partagée actuellement, faut-il le signaler à nouveau.

L'absence de consensus se remarque également dans le comportement du marché secondaire des bons du Trésor, là où les investisseurs peuvent revendre les obligations souscrites auprès de l'Etat. Sur ce marché de l'ancien, et comme le font remarquer les analystes de BKR, «les volumes connaissent une forte baisse, de près de la moitié par rapport à une semaine auparavant».

Plus de la moitié de ces volumes concerne les maturités court terme moins sensibles aux annonces potentielles, ce qui traduit un manque de visibilité. Le cumul des levées du Trésor sur ce mois s’élève à 7,2 Mds de DH pour un besoin annoncé en mars de 13,5 Mds de DH. Dans ce contexte, les analystes s'attendent à une poursuite de la stabilité des taux primaires durant les semaines à venir. Wait and see donc, sur toutes les classes d'actifs.

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 24 Mai 2024

Épargne réglementée : une rémunération en baisse, mais un taux réel enfin positif

Mercredi 22 Mai 2024

HPS ouvre un nouveau bureau en Inde

Samedi 18 Mai 2024

Inclusion financière: «Il y a une résistance sérieuse à l’amélioration des offres bancaires»

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux