Bourse & Finances

Tous les articles

IPO de Disty : un benchmark pour le nouveau marché alternatif de la Bourse de Casablanca

IPO de Disty : un benchmark pour le nouveau marché alternatif de la Bourse de Casablanca

Première entreprise du programme Elite à s'introduire en Bourse, Disty est aussi la première start-up à avoir bénéficié des programmes de partenariat public-privé lancés en 2011. Elle devient, à l'occasion de son introduction en Bourse, la première PME à s'introduire directement dans le marché alternatif de la Bourse de Casablanca. 

 

Par A. Hlimi

Disty est une jeune entreprise. Avec tout juste 10 ans d'existence, cette PME revendique la deuxième place du marché de la distribution de matériels informatiques et de logiciels au Maroc. Elle travaille exclusivement en BtoB, avec 25% de sa clientèle qui opère dans le retail (Marjane, Fnac, Carrefour, Cosmos, etc.), 45% sont des revendeurs régionaux et le reste des intégrateurs de logiciels  comme Microdata ou CBI. Dans son portefeuille, on retrouve des marques de renom comme HP, Lenovo, Canon...

La société a bénéficié des tout premiers partenariats public-privé lancés par le Maroc en accueillant,  dès sa création, le fonds PME Croissance, qui réalise une sortie partielle à l'occasion de cette introduction en Bourse. Disty est la première entreprise du programme Elite à franchir le pas de la Bourse. Depuis le lancement de ce programme d'accompagnement par la Bourse de Casablanca, 11 entreprises ont officiellement déclaré vouloir s'introduire en Bourse. Mais la pandémie a dû perturber quelques plans.  Mais revenons à Disty. Au début de son activité, il y a 10 ans, Disty ne distribuait que des ordinateurs HP, avant d'étendre son offre à une carte de près de 2.000 références.

D'ailleurs, les 70 MDH qui seront levés à l'occasion de l'augmentation de capital (l'introduction en Bourse se fait en partie par cession d'actions et en partie par augmentation de capital) serviront à élargir encore plus cette carte. Younès El Himdy, PDG de la société, se projette dans les années à venir : «Nous souhaitons, premièrement, élargir notre offre. Or, chaque nouvelle carte génère un BFR additionnel. Nous voulons également élargir le portefeuille client, et cela aussi a un coût. Par ailleurs, nous voulons aussi profiter des fonds qui seront levés pour digitaliser nos processus et renforcer nos équipes pour accompagner la croissance. C'est aussi un investissement qu'il faut financer».  Disty pense également réaliser des opérations de croissance externe dans le futur, notamment pour accroître l'effet taille et créer des synergies. 

 

Un bon premier semestre et une croissance structurelle du secteur

Questionné sur l'activité du premier semestre, El Himdy précise que «la croissance que nous constatons à fin juin 2022 est bien plus importante que l'an dernier en juin. Cela s'explique par une dynamique de la demande qui a continué à croître». De manière plus générale, El Himdy défend une tendance haussière lourde de la demande sur l'IT au Maroc. «Notre secteur affiche une croissance structurelle. Globalement, la demande mondiale devrait s'améliorer de 3% sur les 3 à 4 prochaines années.

Cette croissance est plus importante pour les pays émergents. C'est pour cela que le Maroc aura une tendance plus forte avec une pente minimaliste autour de 7%. J'en profite pour vous dire que dans le business plan,  nous avons été très conservateurs en prévoyant une croissance autour de 5%. Mais nous savons qu'organiquement, nos cartes vont croître plus vite. Sans parler des nouvelles cartes que nous allons avoir», confie-t-il.

 

Qu'en est-il des tensions sur les chaînes d'approvisionnement ?

Questionné sur les tensions liées à l'approvisionnement et à la crise des semi-conducteurs, El Himdy explique la stratégie du groupe : «Nous avons dû revoir  notre politique d'achat pour que l'on puisse s'adjuger le maximum de marchandises pour le marché marocain et ce, dès 2020. Nous avons diversifié les modèles, augmenté nos commandes et conseillé à nos clients de privilégier les produits disponibles. Ces anticipations ont été entamées au printemps 2020 et donnent leurs fruits.  D'ailleurs, nos commandes ont été intégralement satisfaites». 

 

Quid du contexte du marché boursier ?

L'IPO Disty se déroule dans un contexte volatil sur le marché boursier. N'est-ce pas un risque pour l'opération ?  «Effectivement, le contexte boursier est assez tendu. Mais notre décision de sortir sur le marché repose sur notre confiance dans la société, son business model,  son secteur qui connaît une mutation structurelle de la demande... Nous ne sommes pas là pour faire une introduction en Bourse pour du court terme. Mais dans un positionnement de long terme. De plus, nous proposons une offre qui a beaucoup d'atouts à faire valoir, notamment le rendement dividende, dont le premier sera servi mi-septembre et qui sera supérieur à 5%, contre une moyenne du marché de 3,4%. Rien que cet élément nous permet d'avoir un confort assez substantiel  sur la qualité de notre proposition», répond Idriss Berrada, Directeur général de Attijari Finances Corp et conseiller de l'opération.

 

PME Croissance : Un réservoir à IPO

Le fonds PME Croissance, qui profite de l'IPO pour réaliser une sortie partielle conformément à sa stratégie, est un fonds géré par AfricInvest. Questionné sur d'éventuelles opérations similaires dans le futur, Farid Benlafdil, de l’équipe gestionnaire du Fonds, nous annonce que «le fonds dispose actuellement d'une quinzaine d'entreprises en portefeuille, entre PME et entreprises à taille intermédiaire. Mais ce que je peux dire, c'est qu'on cible au moins, dans les 12 prochains mois, deux introductions en Bourse. Avec la réussite de Disty, cela va nous permettre de convaincre les entrepreneurs de faire des IPO». Le titre sera coté au marché alternatif avec des règles allégées en matière de communication. 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 05 Decembre 2022

PLF 2023: 60 amendements acceptés à la Chambre des conseillers

Lundi 05 Decembre 2022

Signature d’un protocole d’entente et de deux conventions entre le ministère de la Justice et la CDG

Lundi 05 Decembre 2022

AGR: les banques cotées disposeraient toujours d’une marge d’amélioration de leurs bénéfices en 2022

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux