Bourse & Finances

Tous les articles

Des banques participatives rappelées à l'ordre sur leurs pratiques commerciales

Des banques participatives rappelées à l'ordre sur leurs pratiques commerciales

Interpellé sur le développement de l'activité des banques participatives, le Wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri, a indiqué lors de la conférence de presse tenue le 17 décembre suite au Conseil trimestriel de la banque centrale, que le réseau atteint désormais 130 agences avec un encours de dépôts de presque 2,5 Mds de DH. Même les dépôts d’investissements augmentent avec des encours de 220 MDH de dépôts d'investissements chez quatre banques. 

Abdellatif Jouahri estime, en somme, que les choses avancent bien. Mais pas assez vite.  "Nous avons pris deux décisions pour développer l'activité", lance-t-il devant la presse. Il s'agit d'accélérer l'examen des contrats actuellement chez le GPBM ou sur la table du Conseil supérieur des Oulémas (CSO) et, en deuxième lieu, réunir les responsables des banques participatives avec ceux du CSO pour discuter des problèmes liés à l'activité et créer un cadre pour l'échange constructif entre le marché et le CSO. 

Par ailleurs, Jouahri annonce avoir alerté le GPBM, par le biais d'une lettre, sur "les conditions appliquées par certaines banques participatives sur le plan de la concurrence qui touchent à l’équilibre financier de ses banques".

Le Wali fait référence à des pratiques commerciales jugées trop agressives, qualifiées de "trop basses". Le gouverneur de la Banque centrale qui dit avoir mis en garde les banques contre ces pratiques, lesquelles, selon lui, porteront préjudice au système, alors qu’il n’est qu’à ses début. "On leur demande d'avoir des marges ni trop élevées ni trop basses", a expliqué Jouahri.

On se souvient qu'en 2017, le Wali avait averti les banques conventionnelles de la même manière après l'application, par certains établissements, de taux d'intérêt trop bas pour attirer la clientèle. Une concurrence que Jouahri avait qualifié "d'anarchique".

Le Wali reconnaît que l’écosystème de la finance participative n’est pas totalement prêt mais qu'il continue de se mettre en place. « on sait où on va et ce qu’on est en train de faire», conclut-il sur ce point. 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 20 Juin 2024

Impact important de l'Aid sur le déficit de liquidité bancaire

Jeudi 13 Juin 2024

Aïd Al-Adha : Bank Al-Maghrib prend des mesures pour assurer l'approvisionnement des GAB

Jeudi 13 Juin 2024

Bank Al-Maghrib : malgré l'inflation basse, le marché table sur un nouveau statu quo

Vendredi 24 Mai 2024

Épargne réglementée : une rémunération en baisse, mais un taux réel enfin positif

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux