Bourse & Finances

Tous les articles

Bourse: les valeurs stars d’une année de crise

Bourse: les valeurs stars d’une année de crise

Avec un cumul inattendu de faits déprimants, le marché a violemment décroché cette année.

Quelques valeurs se distinguent dans cet environnement boursier morose. Florilège.

 

Par Y. Seddik

Dans la tourmente, la Bourse est en train d’enregistrer l'une de ses plus graves chutes. Après avoir repris de l’éclat en 2021, le marché actions a dégringolé dans le sillage de la guerre en Ukraine, sans qu’elle en soit la seule cause. En effet, la situation est particulière, avec un risque inflationniste auquel BAM répond par un durcissement monétaire qui rend les investisseurs pessimistes. Parmi les valeurs ayant le plus souffert jusqu’à présent, figurent celles dites cycliques. La chute de leur valorisation a eu un impact direct sur les investisseurs, qui les privilégiaient alors qu'elles étaient revenues dans le jeu boursier à mesure que l’activité économique reprenait des couleurs (post-covid).

Toutefois, dans cette configuration peu encourageante à l’investissement, quelques valeurs ont fait le dos rond aux mauvaises nouvelles pour se distinguer et se hisser dans le haut du tableau de performance à la Bourse de Casablanca. Le contexte étant dressé, venons-en maintenant aux mouvements de nos actions vedettes que l’on ne classe pas forcément dans l’ordre de «mérite», mais en prenant également en compte le critère de liquidité.

 

Alliances (+54%)

Alliances sera sans doute le top performer du marché actions cette année, avec un gain actuel à 54% (difficile de faire plus cette année). En attendant ses indicateurs d’activités au 3ème trimestre, le promoteur Alliances a affiché au premier semestre un RNPG de 75 MDH, en croissance de 77%, porté par la maîtrise des charges et l'augmentation des marges opérationnelles. Le Groupe dispose d'un carnet de commandes s'élevant à 7.353 unités pour une VIT sécurisée de l'ordre de 3,1 milliards de DH.  Le niveau des préventes au 1er semestre 2022 s'établit à 1.716 unités contre 1.553 unités au 1er semestre 2021, en amélioration de 10%. Le nombre total d'unités en cours de production s'élève à 6.605 unités au 30 juin 2022. Il est important de rappeler que le titre Alliances a fait son entrée dans l’indice MSI20 en octobre dernier.

 

Managem (+43%)

Ayant profité de la hausse du cours de l’argent au premier semestre, du rebond du niveau de la production et d’un effet de change positif, Managem est en train de boucler l’année boursière avec une performance de plus de 40%. Les revenus consolidés du groupe à fin septembre s’améliorent de 45% à 7,37 milliards de DH. Pourtant, la croissance a ralenti au 3ème trimestre où le chiffre d’affaires a baissé de 8,43%, en raison principalement de la baisse des cours des métaux, combinée à la baisse des volumes vendus, en provenance de la mine de Pumpi en République Démocratique du Congo à cause de perturbations de la chaîne logistique. Pour les analystes de BKGR, «l’atténuation projetée de ce rythme au S2 2022 suite au repli du cours du métal blanc (-18% en y-t-d) ne devrait pas, toutefois, impacter le redressement attendu du Bottom Line, lequel devrait afficher une hausse à 41 MDH au terme de l’année 2022 (contre -67 MDH en 2021)».

 

Med Paper (+37%)

En regardant de près le tableau des small caps (les micro capitalisations surtout) à la Bourse de Casablanca, difficile d’ignorer la performance de Med Paper. Le titre revient de loin avec une performance annualisée de 37,30% et de…119% depuis 2021. Profitant de la reprise économique, la situation financière de Med Paper s’est nettement améliorée depuis l’année dernière. Cette année encore, malgré un contexte difficile inflationniste de forte augmentation des prix des intrants de l’énergie, Med Paper a réussi à relancer son activité. Le chiffre d’affaires à fin septembre s’est apprécié de 87% à 99 MDH. Les investissements réalisés à fin septembre 2022, de l’ordre de 5 MDH, sont destinés au développement de l’outil industriel, laissant présager une augmentation des performances d’exploitation à venir. Notons que la taille de ce type d’entreprises et leur faible communication les font passer sous les radars des OPCVM et des investisseurs qualifiés, qui ne regardent dans les small caps que les dossiers les plus importants, à l’image de Salafin, Disway ou encore Auto Hall.

 

Risma (+10%)

Avec 10% de gain au compteur, Risma fait largement mieux que le marché. En effet, les signaux positifs émis par le secteur touristique jusqu’à présent, couplés à l’assouplissement mondial des restrictions sanitaires pour aider les économies à se redresser progressivement, portent à croire que l’activité touristique, et de facto l’activité de Risma, est sur la bonne voie. À fin juin, l’opérateur hôtelier est repassé dans le vert en termes de bénéfices, avec un RNPG de 30 MDH contre un déficit de 127 MDH en juin 2021. «Ces performances sont notamment soutenues par le moratoire relatif aux intérêts dans le cadre du plan de soutien gouvernemental au secteur du tourisme», a écrit l’entreprise dans sa communication financière. La dette du groupe diminue, avec une dette nette consolidée qui s'établit à 1,72 Md de DH au 30 juin 2022, et un levier financier de 59%.

 

Les institutionnels concentrent près de 40% des volumes au T3
«La structure des investisseurs en Bourse durant le troisième trimestre 2022 reste marquée par le poids des personnes morales domestiques. Sur le marché actions du compartiment central, les personnes morales marocaines concentrent 39% du volume de ce troisième trimestre, avec presque la même part que le trimestre précédent, et les OPCVM représentent 37% du volume, en baisse de 3 points de pourcentage par rapport au deuxième trimestre 2022», indique l'AMMC dans son rapport sur le profil des investisseurs en Bourse au T3-2022. Les personnes physiques marocaines interviennent pour 12% et les personnes morales étrangères représentent 10%, en progression de 4 points de pourcentage de plus qu'en T2-2022, relève la même source. Ledit rapport fait ressortir que le volume trimestriel global des échanges sur les marchés central et de blocs s'est établi à 8 Mds de DH au 3ème trimestre 2022, contre 14,2 Mds de DH à la même période en 2021, en baisse de 44%. Par marché, les échanges sur le compartiment central totalisent un montant de 5,5 Mds de DH, soit 68% du volume global, tandis que les transactions de blocs représentent 32%, soit 2,5 Mds de DH. Pour ce qui est du marché obligataire, il a enregistré durant ce trimestre un volume transactionnel de 82 MDH, réparti entre le marché central (33,6%) et le marché de blocs (66,4%).

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 31 Janvier 2023

EDITO. L’eau ne coule plus de source

Mardi 31 Janvier 2023

Signature d’un accord de coopération administrative entre la CNSS et son homologue Togolaise

Mardi 31 Janvier 2023

Loi de Finances 2023: les nouvelles dispositions fiscales débattues par le secteur de la distribution

Mardi 31 Janvier 2023

Ressources hydriques: Ça craint !

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux