Bourse & Finances

Tous les articles

Banques/Risques climatiques : les conclusions de l'étude de BAM et la Banque mondiale

Banques/Risques climatiques : les conclusions de l'étude de BAM et la Banque mondiale

Bank Al-Maghrib (BAM) et la Banque mondiale (BM) ont conjointement présenté les conclusions de l’étude sur les risques climatiques auxquels est confronté le secteur bancaire marocain. Une première du genre en Afrique.

 

Par Y. Seddik

 

 

Pour Abderrahim Bouazza, Directeur général de Bank Al-Maghrib, «ce travail a pu fournir en effet les premières estimations de l’impact des chocs climatiques, selon plusieurs scénarios, sur les bilans, la solvabilité et la rentabilité des banques. L’étude a également permis de tirer les leçons des difficultés rencontrées en termes de data sur les risques liés au climat et au plan de la modélisation, compte tenu de la complexité des liens entre les impacts macroéconomiques, financiers et climatiques».

Il explique aussi que le  travail en cours sur le développement de la taxonomie climatique au niveau du gouvernement avec les parties concernées, dont Bank Al-Maghrib, et avec le soutien de la Banque mondiale, devrait contribuer à réduire le gap en données. Et que cet exercice va permettre de continuer à faire évoluer le cadre réglementaire et à améliorer l’évaluation des risques climatiques, tout en remédiant aux défis conceptuels et techniques rencontrés.

Plus en détail, l'étude, réalisée à l'aide de modèles climatiques et macro-financiers sophistiqués, s'est penchée sur deux risques majeurs : les sécheresses et les inondations. Les résultats révèlent des conséquences économiques considérables, pouvant atteindre 10,5 milliards de dollars, selon la gravité de l'événement et le scénario climatique envisagé. «La modélisation économique montre que les inondations extrêmes peuvent engendrer une perte de PIB de 2%, tandis que celle due aux sécheresses serait de 3,5%», indiquent Emma Dalhuijsen, spécialiste principale du secteur financier, et Reda Aboutajdine, économiste du secteur financier chez le Groupe Banque mondiale. Notons que contrairement aux sécheresses prolongées, les inondations, bien que de courte durée, ont un impact relativement faible sur les pertes de prêts et le capital des banques, soulignent les deux experts qui présentaient les conclusions du rapport.

L'analyse met en lumière l'amplification croissante des effets du changement climatique sur les risques climatiques physiques, soulignant l'urgence d'une adaptation proactive. Au-delà des risques physiques, l'étude explore également les risques de transition auxquels le secteur bancaire est exposé, liés aux changements de politique et à l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre. Si l'impact global du changement climatique sur le secteur bancaire semble gérable à première vue, les répercussions financières varient considérablement d'une banque à l'autre. Cela appelle à une vigilance accrue de la part des institutions financières et des autorités de supervision.

Face à ces défis croissants, l'étude propose une série de recommandations politiques visant à renforcer la gestion des risques climatiques au sein du secteur bancaire marocain. Ces recommandations s'articulent autour de plusieurs axes prioritaires, dont le renforcement des capacités techniques des acteurs du secteur bancaire et des autorités de supervision, l’intégration des risques climatiques dans le suivi micro et macroprudentiel, ou encore le complément des directives prudentielles par des mesures spécifiques aux risques climatiques. L’amélioration de la transparence autour de l'orientation de la politique climatique des banques est aussi l’une des recommandations phares proposées lors de cette rencontre. La mise en œuvre effective de ces recommandations est donc essentielle pour garantir la résilience du secteur bancaire marocain face aux risques climatiques et contribuer à une transition durable et inclusive vers une économie bas carbone.

De son côté, Nabil Badr,  adjoint au directeur de la direction de la Supervision bancaire chez  Bank Al-Maghrib, explique que «la 2ème phase après l'étude consiste en un transfert de savoir-faire de la méthodologie retenue par la Banque mondiale,  pour pouvoir aboutir à une grille de risque propre au secteur bancaire marocain. Il y aura notamment un renforcement de capacités sur le sujet des risques climatiques via des formations dédiées qui seront lancées dans les prochaines semaines». Au final, cette étude conjointe entre les deux institutions constitue un jalon important dans la compréhension des risques climatiques auxquels est confronté le secteur financier marocain. Elle fournit également aux autorités et aux acteurs du secteur des outils précieux pour renforcer la gestion de ces risques et contribuer à la stabilité financière du pays à long terme. 

 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 20 Juin 2024

Impact important de l'Aid sur le déficit de liquidité bancaire

Jeudi 13 Juin 2024

Aïd Al-Adha : Bank Al-Maghrib prend des mesures pour assurer l'approvisionnement des GAB

Jeudi 13 Juin 2024

Bank Al-Maghrib : malgré l'inflation basse, le marché table sur un nouveau statu quo

Vendredi 07 Juin 2024

Investissement à l'étranger: une banque marocaine réalise un transfert suspect vers Hong Kong

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux