Bourse & Finances

Tous les articles

Banques participatives: «Nous continuerons à ouvrir d’autres corners là où il y a un potentiel important pour l’activité»

Banques participatives: «Nous continuerons à ouvrir d’autres corners là où il y a un potentiel important pour l’activité»

Entre 2021 et 2022, les encours de financement Mourabaha ont évolué de 22%.

Malgré les pressions inflationnistes, le rythme d’octroi est resté globalement stable en 2022 pour BMCI Najmah.

Houda Mlahfi, directrice de la fenêtre participative BMCI Najmah, nous parle des dernières évolutions de l’industrie de la finance participative au Maroc.

 

Propos recueillis par Y. Seddik

Finances News Hebdo :Globalement, comment ont évolué les indicateurs d’activité et de rentabilité du marché en 2022, et chez Najmah plus spécifiquement ?

Houda Mlahfi : Depuis le lancement de la finance participative au Maroc, il y a cinq ans, les banques participatives ont été très actives et réalisent un bilan positif. Les chiffres sont d’ailleurs là pour le prouver, puisque le taux de croissance est à deux chiffres; ce qui renforce l’idée qu’il y a une appétence pour le marché bancaire participatif. Concernant BMCI Najmah, les encours de financement Mourabaha ont évolué de 22% entre 2021 et 2022.

 

F.N.H. : L’offre Najmah est-elle suffisamment présente aujourd’hui au niveau du réseau de la BMCI ?

H. M. : Rappelons que la BMCI a fait le choix, depuis l’obtention de son agrément et le démarrage effectif de l’activité au sein de la banque, de proposer l’offre participative au sein d’un nombre limité d’agences. Actuellement, BMCI Najmah compte 14 corners dédiés, déployés dans plusieurs régions du pays. Nous allons continuer à ouvrir d’autres corners là où il y a un potentiel important pour l’activité, notre objectif étant de renforcer notre présence sur le marché.

 

F.N.H. : Peut-on dire que le démarrage du Takaful a apporté un souffle nouveau à l’industrie ? Comment ?

H. M. : L’assurance Takaful vient étoffer l’écosystème de la finance participative, avec pour objectif immédiat de couvrir la production des financements participatifs, avant d’élargir son activité, dans une deuxième phase, vers les produits d’épargne et d’investissement. L’assurance Takaful va également rassurer nos clients et nos prospects et lever toute ambiguïté ou réticence par rapport à une couverture compatible avec la Charia. Du côté de Najmah, l’assurance Takaful va nous permettre d’élargir notre base de clients; l’évaluation de l’impact pourra se faire d’ici quelques mois.

 

F.N.H. : Le contexte inflationniste et la baisse du pouvoir d’achat ont-ils eu des incidences sur le marché et sur votre activité en 2022 ?

H. M. : Le rythme d’octroi est resté globalement stable. L’impact pourra être observé en 2023, mais on estime qu’avec l’assurance Takaful et le déploiement des nouveaux corners, cette baisse va être compensée en partie.

 

F.N.H. : Comment expliquez-vous la faiblesse des dépôts à vue au niveau du secteur ? Et comment y remédier ? 

H. M. : Plusieurs raisons peuvent expliquer la faiblesse des dépôts au niveau du secteur. • Le faible maillage du réseau, alors que les clients sont habitués à un maillage dense; d’où notre volonté d’accroître les points de contact et les corners au sein de nos agences. • Les services bancaires que les banques et fenêtres participatives sont en train d’étoffer avec des offres de banque au quotidien attractives, service en ligne, etc. Du côté de Najmah, le projet de digitaliser la banque au quotidien pour nos clients est inscrit dans notre plan d’action à moyen terme.

 

F.N.H. : Enfin, quelles sont vos ambitions à court-moyen termes dans ce marché ?

H. M. : Notre ambition est de développer davantage nos capacités pour mieux servir notre clientèle, améliorer notre part de marché et la qualité de nos services pour assurer notre pérennité. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 23 Fevrier 2024

Les recettes fiscales dépassent 24 MMDH en janvier

Vendredi 23 Fevrier 2024

L'Europe et l'Afrique du Nord face à des vagues de sécheresse sans précédent

Vendredi 23 Fevrier 2024

DARG 2024: une opportunité pour les experts-comptables

Vendredi 23 Fevrier 2024

Pays arabes : le taux de chômage à 9,8% en 2024

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux