Ecosystème entrepreneurial: le CMD de l’ENCG de Settat suscite la réflexion

Ecosystème entrepreneurial: le CMD de l’ENCG de Settat suscite la réflexion

Lancer une start-up et rencontrer immédiatement le succès au Maroc n’est pas une mince affaire, surtout quand on est jeune.

La 14ème édition du Cycle des métiers, organisée à l’ENCG de Settat par le Club des managers de demain (CMD), affilié à l’école de commerce, a été rehaussée par la présence d’éminents entrepreneurs marocains.

 

Par M. Diao

 

Pour peu que l’on s’intéresse à l’univers entrepreneu - rial du Maroc, il est assez aisé de constater que les jeunes s’intéressent de plus en plus, à un âge précoce, à l’aventure entrepreneuriale. Les jeunes porteurs de projets avec ou sans expérience professionnelle sont légion au Maroc. Et pourtant, l’écosystème de la création d’entreprises ou de startup doit encore faire face à des embûches et écueils à éviter.

C’est en cela que la 14ème édition du Cycle des métiers, organisée récemment à l’ENCG de Settat par le Club des managers de demain (CMD), affilié à l’école de commerce, est pertinente.

En effet, l’événement de cette année a été placé sous le signe de la thématique centrale suivante : «Face aux défis générés par l’écosystème entrepreneurial marocain, comment lancer, développer, financer et faire prospérer sa start-up».

Les intervenants de marque et expérimentés, notamment des entrepreneurs dont la plupart ont lancé leur première entreprise à un âge très jeune, n’ont pas eu de difficultés pour répondre aux multiples interrogations des étudiants de Settat passionnés par l’entrepreneuriat. La personnalité ayant fait la première allocution, Rachid Idrissi, professionnel des médias, fort de 34 années d’expérience, a insisté sur le volet humain et la passion afin de réussir dans le domaine entrepreneurial.

Bien se former et être entouré de salariés épanouis sont des éléments clefs aux yeux de l’animateur. Ahmed Belhacen, homme d’affaires et pionnier dans le domaine des Centres d’appels au Maroc, doit sa réussite entrepreneuriale à la persévérance, à la confiance et considération envers ses salariés.

L’homme d’affaires, qui a vendu le célèbre Call center Webhelp, a mis deux années avant de créer sa première entreprise de centre d’appels. Au bout de deux ans, l’entreprise comptait déjà près de 800 salariés. Le leitmotiv de l’entrepreneur, qui recommande aux jeunes de se faire accompagner par des incubateurs (Réseau entreprendre Maroc, Enactus), est l’innovation et, surtout, ne pas avoir peur de l’échec. «On peut ne pas réussir du premier coup et rencontrer le succès lors d’autres tentatives», conseille-t-il. 

 

Paroles de pro: Ahmed Belahcen, CEO de Marketing Call Center et fondateur de Webcad, devenu Webhel

«La création d’une entreprise pérenne peut prendre du temps. L’important pour un chef d’entreprise est de savoir bien s’entourer. C’est-à-dire former autour de soi une équipe composée de bons profils. Je dois quelque part mon succès entrepreneurial au fait que j’aime profondément les gens. Ce qui me pousse à faire preuve d’empathie envers mes salariés. L’aptitude à bien manager les équipes est également essentielle pour la réussite de l’aventure entrepreneuriale. A 26 ans, j’étais déjà à la tête d’une entreprise de près de 800 salariés qu’il fallait orienter. D’où l’importance d’être aidé dans cette tâche par une bonne équipe de managers. Par ailleurs, je pense que les jeunes doivent s’inspirer des entrepreneurs et des hommes d’affaires qui ont réussi, tout en suivant leur voie et leur passion. Nos jeunes étudiants doivent également être conscients de la chance qu’ils ont. Le degré de sophistication des outils technologiques, la multiplication des structures d’accompagnement des porteurs de projets et l’offre étoffée des mécanismes de financement sont autant de facteurs qui facilitent l’acte d’entreprendre dans notre pays».

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 04 Decembre 2021

Prix «Start Your Project»: consécration de l’entrepreneuriat féminin

Vendredi 03 Decembre 2021

Branding: «Il faut porter haut et fort le label marocain»

Vendredi 03 Decembre 2021

Agrumiculture: la production devrait s’inscrire en hausse de 14%

Vendredi 03 Decembre 2021

BAD: l'Afrique a besoin de 484 milliards de dollars au cours des trois prochaines années

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux