Sothema: oeuvrer pour un accès aux soins de qualité dans le continent

Sothema: oeuvrer pour un accès aux soins de qualité dans le continent

Dans un marché africain des produits pharmaceutiques souffrant de plusieurs dysfonctionnements, Sothema massifi e ses actions en faveur des Etats.

En 2022, le marché pharmaceutique mondial était estimé à 1.480 milliards de dollars. Mais en termes de segmentation, certains marchés restent plus attractifs pour les sociétés pharmaceutiques que d’autres. Les États-Unis sont le premier marché pour les produits des laboratoires, suivis de l’Europe et de l’Asie Pacifique. L’Afrique représente la plus faible part des revenus du marché mondial et n’intéresse donc pas beaucoup les mastodontes mondiaux. De plus, les professionnels font remarquer qu’en Afrique, plus de 80% des produits pharmaceutiques et d’équipements médicaux sont importés sur le continent, majoritairement de Chine ou d’Inde, rendant le développement d’une production locale difficile. D’après un rapport des Nations unies, la pandémie du Covid-19 a mis en évidence «l’insuffisance des capacités de l’Afrique à fabriquer et à fournir les médicaments essentiels et les dispositifs médicaux nécessaires à enrayer la pandémie».

Pourtant, fait remarquer Sothema dans son rapport financier pour l’an dernier, dès 2007, l’Afrique disposait d’un Plan de fabrication pharmaceutique qui vise à ne plus dépendre de manière excessive des importations. Un vœu pieux du point de vue de plusieurs observateurs et experts en économie de santé. Cela dit, l’explosion démographique africaine et la croissance annoncée pour les vingt prochaines années sembleraient être porteuses d’un changement, comme le démontrent différents projets de réforme de la santé initiés par les gouvernements africains. Commentant cette situation, Sothema estime qu’au lendemain de la pandémie du Covid-19, le plan de fabrication pharmaceutique devrait être accompagné de «financements abordables» et de «technologies modernes» qui permettront la naissance et l’expansion d’une industrie pharmaceutique africaine.  Le marocain Sothema est justement un précurseur sur le continent, en rendant accessibles au Maroc, en Afrique et dans les pays arabes, des médicaments innovants dans la majorité des aires thérapeutiques. Elle produit et commercialise également des génériques sous marques propres, des biosimilaires et des dispositifs médicaux.

Des ventes en hausse de 10% sur le continent

«En 2022, nos ventes à l’export ont poursuivi une dynamique positive avec une hausse de presque 10%, soit 163 millions de DH contre 149 millions de DH en 2021», explique Sothema, qui est classée 3ème laboratoire national en termes de ventes à l’export, mais peut devenir n°1 vu son potentiel et l’excellente image qu’elle revendique, notamment en Afrique et au Moyen-Orient. « …L’internationalisation de Sothema ne devrait pas se limiter à des médicaments exportés ou des services de sous-traitance rendus, mais devra surtout se traduire par l’implantation de nouvelles filiales. C’est pourquoi nous nous activons sur ce volet en espérant faire bientôt des annonces significatives. Notre mission consiste à contribuer à la souveraineté sanitaire des pays africains et arabes, et nous ne pouvons le faire qu’en installant des unités pharmaceutiques de dernière génération, fournissant des médicaments de grande qualité à des coûts abordables», promet la PDG, Lamia Tazi.  

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 17 Juin 2024

Hajj 2024 : les technologies numériques au service des pèlerins

Dimanche 16 Juin 2024

Algérie : déchéance et perfidie diplomatiques

Dimanche 16 Juin 2024

Hausse des salaires : «L’appareil exécutif doit avoir l’audace de mieux taxer les secteurs riches et monopolisés»

Dimanche 16 Juin 2024

Stress Hydrique: une approche novatrice pour la gestion durable de l’eau en milieu urbain

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux