Ressources hydriques: les réserves des barrages dépassent le niveau symbolique de 5 milliards de m3

Ressources hydriques: les réserves des barrages dépassent le niveau symbolique de 5 milliards de m3

Avec près de 32% au 3 avril, le taux de remplissage est en hausse, mais reste encore en deçà du niveau de l’année dernière. Les récentes précipitations ont des effets mitigés sur la campagne agricole.

 

Par C. Jaidani

Le Maroc a été touché ces derniers jours par des précipitations exceptionnelles en cette période de l’année. Le plus important est que les pluies bienfaitrices ont touché pratiquement toutes les régions du Royaume, y compris nos provinces sahariennes. Certes, il existe de fortes nuances entre ces régions, mais cet apport en eau a permis de réduire le déficit hydrique.

Au niveau des barrages, les réserves en eau ont dépassé, au 3 avril 2024, le niveau symbolique de 5,12 milliards de m3 , soit un taux de remplissage de près de 32%. Tout laisse présager que ce niveau devrait atteindre celui de l’année dernière à la même période, sinon le dépasser particulièrement avec l’enneigement important enregistré dans le Royaume.

De nombreux barrages dans le nord ont affiché un taux de remplissage à 100%, un niveau jamais atteint depuis une dizaine d’années. Mais ces apports en eau demeurent insuffisantes face au stress hydrique sévère que connaît le Royaume. Excepté les bassins hydrauliques du Loukkous, de Sebou et de Tensift qui affichent respectivement des taux de remplissage de 62,50%, 49,03% et 56,93%, les autres bassins sont toujours à des niveaux bas. En léger redressement, le taux de remplissage de Oum Rabii, le plus important réservoir du Royaume avec 4,95 milliards de m3 de capacité de stockage, n’est qu’à 7,04%.

Avec 1,08 milliard de m3 , celui de Bouregreg est à 28,32%. Moulouya, qui dispose d’une capacité de près de 797 millions de m3 , est à 24,92%, Souss Massa 14,79%, Draa Oued Noun à 20,78%. Malgré les pluies diluviennes qu’a connues le Royaume, les barrages de Bine El Ouidane et d’Al Massira n’ont amélioré leur niveau de stockage que légèrement, avec des taux respectifs de 9% et 3%. Au niveau agricole, les dernières pluies ont un effet bénéfique sur de nombreuses filières. Elles permettent de renforcer les parcours naturels au profit des activités pastorales. Cela assure un apaisement des prix de l’aliment de bétail. Pour les céréales d’automne, les effets seront mitigés.

«Les pluies sont toujours la bienvenue au Maroc. Elles sont favorables pour le remplissage des barrages et l’alimentation des eaux souterraines qui se sont dernièrement fortement amenuisées. Pour le blé, force est de constater que la campagne est déjà compromise dans plusieurs régions, notamment Chaouia, Haouz, Doukkala, Abda et Tadla. Les prévisions de Bank Al-Maghrib fixées à 25 millions de quintaux pour la campagne 2023/2024 peuvent être légèrement revues à la hausse. Il y a eu un très mauvais démarrage de la saison, et cela a eu un impact important sur le niveau d’emblavement des terres et bien entendu les récoltes», explique Abdelmounaim Guennouni, ingénieur agronome.

Selon lui, «les derniers apports en eau sont bénéfiques pour les cultures printanières, l’arboriculture, la culture des fruits et légumes et aussi l’élevage. Mais le plus important, c’est que ces pluies ont remonté le moral des agriculteurs qui était en berne. Six années consécutives de sécheresse sont difficiles à supporter. Une période qui a causé de fortes perturbations aux fellahs, réduisant grandement leur capacité d’exploitation et d’investissement». En effet, les dernières précipitations ont créé une nouvelle dynamique dans le monde rural. Cela est visible dans les souks hebdomadaires. Les témoignages recueillis auprès des marchands de bétail et d’autres produits agricoles convergent tous vers un certain satisfecit. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 29 Mai 2024

Marrakech : ouverture du GITEX AFRICA 2024

Mardi 28 Mai 2024

MGE 2024 : immersion dans le premier salon de gaming au Maroc

Mardi 28 Mai 2024

Benali détaille l'avancement du projet de gazoduc Maroc-Nigéria

Mardi 28 Mai 2024

Enseignement supérieur: la BAD approuve un financement de 120 millions d'euros au Maroc

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux