Relance économique: la classe moyenne, un levier de croissance

Relance économique: la classe moyenne, un levier de croissance

Une classe moyenne plus renforcée favoriserait la croissance économique.

Le Conseil économique social et environnemental recommande la mise en place d’une fiscalité des ménages plus favorable.

Permettre l’émergence d’une classe moyenne au sein de la population rurale est l’un des défis majeurs.

 

Par B. Chaou

 

La classe moyenne est l’épine dorsale de tout tissu économique, favorisant la consommation qui, à son tour, stimule la croissance. Elle représente également un réel levier de financement et d’investissement grâce à sa forte capacité à épargner. À l’aune de la crise actuelle, plusieurs experts et économistes estiment qu’il est indispensable de renforcer davantage cette catégorie socioéconomique. A cet effet, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a récemment livré ses recommandations allant dans la perspective de rendre la classe moyenne plus résiliente et lui permettre de s’élargir encore plus afin que l’économie nationale puisse en profiter et prospérer.

Une fiscalité mieux adaptée

Plusieurs recommandations ont ainsi été émises par le Conseil afin de mieux encourager l’expansion de la classe moyenne, et surtout préserver son pouvoir d’achat via plusieurs mécanismes, dont ceux financiers. Le CESE prône, en effet, dans un récent rapport «une fiscalité des ménages plus favorable». Un point de vue partagé par Mohamed El Fadil, docteur en sciences économiques, qui nous explique qu’«il faut bien sûr une fiscalité plus adéquate et en phase avec la situation de conjoncture actuelle afin de réduire les inégalités, qui ont atteint aujourd’hui un niveau alarmant à cause de la crise sanitaire. L’outil fiscal est en effet un levier efficace dont il faut user afin de soutenir le pouvoir d’achat des ménages et, par ricochet, permettre à l’économie de faire de la croissance».

Et d’ajouter : «Il s’agit plus particulièrement de renforcer les revenus de la classe moyenne en réduisant la pression fiscale, notamment sur les revenus intermédiaires». D’autres recommandations non moins importantes et allant aussi dans la perspective de l’amélioration de la résilience de la classe moyenne, ont été proposées par le CESE, dont l’élargissement de la protection sociale effective, l’amélioration de l’accès au logement, ou encore le renforcement de la qualité des services publics tels que la santé, et l’accès aux activités sociales. Des mesures ayant pour vocation, selon le Conseil, à «améliorer les conditions de vie des ménages marocains et renforcer la consommation interne, principal moteur de croissance».

Ces défis qui se posent

Toutefois, plusieurs difficultés se posent face à l’objectif de consolidation et d’élargissement de la classe moyenne marocaine, entre autres celle liée aux inégalités persistantes entre le monde rural et le monde urbain. Dans cette optique, le défi est de hausser le niveau de vie des citoyens issus des différentes zones et régions du Royaume.

«Déployer des stratégies permettant de diversifier les activités économiques en milieu rural, et qui ne soient pas uniquement liées au secteur de l’agriculture, aiderait à favoriser l’émergence d’une classe moyenne au sein de cette population. Il faut avoir comme objectif de développer les régions défavorisées afin de réduire les inégalités socioéconomiques entre elles», estime Mohamed El Fadil. Du côté du CESE, les défis sont multiples et résident dans l’objectif de réduction de la pauvreté et l’assistance aux populations les plus vulnérables, mais aussi dans la mise en place de moyens pour améliorer l’inclusion économique des femmes dans les zones rurales, mais urbaines aussi, et accélérer l’accès pour les citoyens aux services sociaux.

La classe moyenne a un rôle important à jouer dans la relance économique. Il faut donc avancer sur les différents chantiers sociaux et mettre en place des mécanismes financiers adéquats afin de permettre l’élargissement de cette catégorie socioéconomique.

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 25 Fevrier 2024

Tourisme: avec «Go Siyaha», le Maroc veut attirer une nouvelle génération de touristes

Samedi 24 Fevrier 2024

Marocains résidant à l'étranger: «Leurs investissements au Maroc représentent seulement 10% des transferts»

Vendredi 23 Fevrier 2024

Les recettes fiscales dépassent 24 MMDH en janvier

Vendredi 23 Fevrier 2024

L'Europe et l'Afrique du Nord face à des vagues de sécheresse sans précédent

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux