ONCF : Le chiffre d’affaires pourrait baisser de 25% en 2020 à cause de la crise sanitaire

ONCF : Le chiffre d’affaires pourrait baisser de 25% en 2020 à cause de la crise sanitaire

Coronavirus oblige, le chiffre d’affaires de l’Office passerait de 3,76 Mds de DH en 2019, à 3 Mds de DH en 2020, soit une baisse de 25%.

 

L’Office National des Chemins de Fer (ONCF) a tenu ce jeudi 23 avril 2020 son Conseil d’Administration en mode visioconférence sous la présidence d'Abdelkader Amara, ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau.

En ouverture de la séance, le ministre a rappelé tout d’abord le contexte exceptionnel dans lequel se tient cette session. Il est marqué par les efforts inlassables déployés par notre pays, sur Hautes Instructions du Roi Mohammed VI, pour endiguer la propagation du COVID-19 et ce, dans le cadre de l’approche proactive du Souverain ayant ordonné d’adopter des actions préventives sans précédent.

Ces mesures d’ordre sanitaire, organisationnel, social, économique et financier ont permis de maintenir la situation sous contrôle et d’atténuer l’ampleur des chocs exogènes sur l'économie, mais aussi de faire resurgir les valeurs historiques de l’exception marocaine dont les maitres-mots sont l’engagement, la mobilisation, la résilience, la solidarité et la rigueur, a souligné Amara.

S’il est vrai que cette approche, dit-il, a privilégié le capital humain et la santé des citoyens, il n’en demeure pas moins que l’impact de la crise sanitaire s’est étendu à la mobilité tous modes confondus, dont l’ampleur s’est accentuée par la décision courageuse et clairvoyante de l’état d’urgence sanitaire décrété par notre pays, limitant les déplacements urbains qu’inter-villes.

S’agissant plus particulièrement du secteur ferroviaire, le Ministre a noté avec satisfaction les performances enregistrées au cours de l’exercice 2019 sur les différents registres.

Grâce aux projets structurants mis en exploitation, ce mode a pu contribuer au renforcement d’une mobilité sobre et durable au service des citoyens et des opérateurs économiques, tout en rehaussant la qualité de ses prestations, a affirmé le ministre.

"Les résultats sont très encourageants et incitent à accélérer la mise en œuvre d’un modèle économique innovant pour assurer une meilleure pérennité et soutenabilité à ce secteur vital, comme tracé au niveau du protocole d’accord régissant les relations Etat-ONCF pour la période 2019-2025", a indiqué Amara.

 

Une année 2019 intense

De son côté Mohamed Rabie Khlie, Directeur Général de l’ONCF, a tracé, au début de son intervention, une rétrospective de l’année 2019, riche et intense à plus d’un titre.

 En premier lieu l’entrée en plein régime d’exploitation des projets structurants de modernisation et de renforcement du réseau ferré national, inaugurés par le Roi Mohammed VI, en Novembre 2018, ayant conduit à une transformation structurelle des fondamentaux de l’offre.

Il s’agit plus particulièrement du train à grande vitesse ‘Al Boraq’ vecteur de changement, qui a pu étendre ses effets novateurs aux autres composantes de l’offre ferroviaire grâce au nouveau concept de voyage mis en place, au parcours client totalement repensé et aux services innovants offerts.

De Janvier à décembre 2019, ce sont 38,2 millions de voyageurs transportés (+8%), avec un confort rehaussé, des places assises garanties, des services en gares et à bord à forte valeur ajoutée, conjuguées à une régularité globale avoisinant 92,55% en amélioration de 21,5 points, une tarification modulable et accessible pour tous, a souligné le DG de l'ONCF.

En ce qui concerne l’activité fret et logistique, le train a pu acheminer 25 millions de tonnes de marchandises en 2019, bénéficiant des nouvelles capacités libérées, des partenariats établis avec de multiples opérateurs de la place: OCP, CMA.CGM, TMSA... Bien plus, elle a constitué un maillon indispensable dans l’efficacité et le succès de multiples projets structurants ayant marqué le tissu économique et industriel national. C’est le cas du transport des voitures de l’usine Renault de Melloussa qui a atteint sur l’année 350000 véhicules (1500 véhicules par jour).

C’est de même pour le transport démarré récemment des véhicules produits à l’usine PSA de Kenitra et exportés via le port de Tanger Med, ainsi que pour l’alimentation de la Centrale Electrique de Jerada à raison de 3000 tonnes par jour de charbon à partir de Nador, ou encore de l’approvisionnement de l’usine Lafarge Holcim de Settat en calcaire à la cadence de 7000 tonnes par jour. Ce sont autant d’expériences réussies qui ont nettement contribué à réduire la pression sur les routes et rendre la chaine logistique globale plus sûre, plus rentable et moins polluante.

 

Révision des budgets 2020

De leurs côtés, les indicateurs financiers et de gestion sont globalement au vert pour l’année 2019. En témoigne leur évolution positive par rapport à 2018 : un chiffre d’affaires de 3,76 milliards de dh (+9,3%), une valeur ajoutée de plus de 2 milliards de dh (+5%) et un excédent brut d’exploitation de 929 millions de dh (+10,5)...

Sans oublier la composante investissements qui a atteint près de 2,2 milliards de dh axée principalement sur l’acquisition de nouvelles locomotives de dernière génération et l’engagement des travaux de construction de nouveaux ateliers de maintenance dans le cadre d’un schéma directeur approprié pour s’adapter au mieux aux exigences évolutives de l’exploitation.

Présentant les budgets 2020, le Directeur Général a souligné que ceux-ci ont été conçus initialement sur des hypothèses de la poursuite de développement et de déploiement de la réforme du secteur avec une tendance haussière largement encourageante enregistrée sur les différents registres au cours du premier trimestre de cette année. Néanmoins, la malvenue de la crise sanitaire a freiné cet élan. Elle a notablement impacté l’activité en imposant l’adoption d’un plan d’action urgent et prioritaire visant une meilleure gestion de cette crise, mais aussi la revue des budgets afin de tenir compte de ses répercussions aigues sur le secteur.

Ainsi, les budgets d’exploitation et d’investissements reconsidérés ont été bâtis sur la base d’une reprise progressive du trafic après le déconfinement, en adéquation avec le rythme de l’activité socio-économique, l’optimisation des charges, l’adaptation des investissements et la réalisation d’un chiffre d’affaires prévisible de près de 3 milliards de dh.

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 20 Septembre 2023

Fonds spécial 126: le Groupe ONCF fait don de 100 millions de DH

Jeudi 09 Mars 2023

LGV: l’ONCF veut atteindre 5 millions de voyageurs en 2023

Jeudi 26 Janvier 2023

Données personnelles : l'ONCF rejoint le programme DATA-TIKA de la CNDP

Mardi 27 Decembre 2022

Covid-19 : la vague actuelle devra prendre fin dans les prochains jours

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux