Maroc-Israël: vers un renouveau des relations économiques

Maroc-Israël: vers un renouveau des relations économiques

Le Royaume peut profiter de l’expérience israélienne dans plusieurs secteurs stratégiques, dont l’agriculture.

Le renforcement des dessertes aériennes donnera un nouvel élan au secteur touristique.

 

Par C. Jaidani

 

Le Maroc et Israël n’ont pas attendu longtemps pour afficher leur détermination à développer leurs relations économiques et commerciales. Dès le premier voyage officiel d’une délégation israélienne comprenant plusieurs responsables publics et hommes d’affaires, de nombreuses conventions ont été signées. Ainsi, un mémorandum d’entente a été conclu portant sur l’innovation et le développement des ressources en eau, un autre concernant la coopération dans le domaine des finances et de l’investissement et un troisième dans le domaine de l’aviation civile.

«Le Maroc peut profiter de l’expérience israélienne à plusieurs niveaux, notamment dans les secteurs stratégiques pour le Royaume comme l’agriculture. L’Etat hébreu consacre plus de 4,5% de son PIB à la recherche et développement. Par exemple, pour cohabiter avec le climat semi-désertique du pays, il a développé des variétés de plantes résistantes à la sécheresse, aux maladies et aux parasites, notamment pour les cultures de type méditerranéen (oliviers, agrumes, figuiers, primeurs, ou céréales…)», souligne Mohamed Amrani, économiste.

En effet, Israël est l’un des pays qui ont pu gérer au mieux le stress hydrique en utilisant des techniques innovantes en matière d’irrigation assurant économie d’eau et efficacité. Dans le désert du Néguev au sud (en hébreu biblique, Néguev signifie «sud»), célèbre par son aridité quasi constante durant toute l’année, plusieurs exploitations ont vu le jour. Il s’agit d’un laboratoire à grande échelle qui a connu la mise en œuvre de plusieurs programmes agricoles de développement dans différentes filières.

Densification des dessertes aériennes

Dans les autres secteurs, un accord sur le transport aérien permettra de lancer des lignes directes entre les deux pays. Le nombre de touristes israéliens désirant se rendre au Maroc peut passer facilement de 50.000/an actuellement à 200.000 dans les années à venir. Selon les propos de Nadia Fettah, ministre du Tourisme, de l’Artisanat et du Transport aérien, sur une chaîne de télévision israélienne, «les dessertes aériennes doivent se multiplier entre deux à quatre par semaine. Les touristes israéliens sont intéressés par différentes villes ou régions du Maroc, y compris le Sahara».

La compagnie aérienne israélienne publique, El Al Airways, a annoncé qu’elle lancera dans les mois à venir des lignes directes entre Tel Aviv - Casablanca et Marrakech. Selon le trafic, les dessertes peuvent passer de 2 à 4 par semaine. Pour sa part, la compagnie aérienne lowcost Arkia (la deuxième du pays) compte, elle aussi, lancer des lignes directes. Miri Reguev, ministre israélien du Transport (d’origine marocaine), a affirmé dans une allocution télévisée que «la communauté israélienne d’origine marocaine frôle un million de personnes et elle garde des liens très étroits avec le Royaume. Les vols commerciaux connaîtront un succès certain et devront donner une nouvelle impulsion aux échanges entre les deux pays».

 

Start-up nation
Israël est appelé «start-up nation» car le pays en compte 6.000 unités, soit la plus grande concentration par rapport au nombre d’habitant (1 pour 1.500). Le secteur de la haute technologie assure 40% des exportations israéliennes. 7 sur les 480 licornes (startup dont la valorisation dépasse un milliard de dollars) mondiales sont israéliennes. Elles investissent différentes activités porteuses comme les nouvelles technologies, les télécoms, l’agriculture ou la biotechnologie. Le Maroc peut profiter de cette expérience et donner un nouvel élan au développement des start-up locales.

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 14 Avril 2024

Tensions Iran - Israël : le Moyen-Orient, une véritable poudrière

Dimanche 14 Avril 2024

Les recettes douanières dépassent 20,68 MMDH à fin mars 2024

Samedi 13 Avril 2024

Dette extérieure: la PEG se creuse à 791,6 milliards de DH en 2023

Vendredi 12 Avril 2024

Chronique. Plus l’effondrement d’une civilisation est proche, plus ses lois sont folles

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux