Les fondamentaux économiques du Maroc sont «solides» estime le FMI.

Les fondamentaux économiques du Maroc sont «solides» estime le FMI.

Nicolas Blancher, Chef de mission pour le Maroc au Département Moyen-Orient et Asie centrale du Fonds monétaire international


 

Une équipe du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par Nicolas Blancher, a séjourné au Maroc du 29 octobre au 7 novembre 2019 pour mener avec les autorités marocaines les discussions relatives à la deuxième revue de l’accord au titre de la ligne de précaution et de liquidité (LPL) accordée au Maroc en décembre 2018, pour un montant de 3 milliards de dollars.

«La politique et les résultats macroéconomiques du Maroc restent solides malgré la volatilité de la production céréalière, la faible croissance des principales économies partenaires, ainsi que les risques internes», a déclaré Nicolas Blancher à l’issue de cette mission.

«Les autorités marocaines restent déterminées à opérer des réformes importantes sur les fronts budgétaire, financier et structurel, ce qui devrait renforcer la résilience de l’économie aux chocs extérieurs et favoriser une croissance plus élevée et plus inclusive», a ajouté le responsable.

Par ailleurs, l’équipe du FMI note avec «satisfaction» que les autorités marocaines ont l’intention d’assouplir progressivement le régime de change, ce qui permettra à l’économie marocaine «de mieux absorber les chocs extérieurs et de préserver sa compétitivité».

Sur le plan du déficit budgétaire, le FMI estime qu’il devrait atteindre 4% du PIB en 2019. Pas de quoi inquiéter l’institution de Bretton Woods, qui note avec «satisfaction» que les autorités marocaines comptent accélérer les réformes budgétaires dans les années à venir, à travers notamment la mise en œuvre des recommandations des assises de la fiscalité de mai 2019, l’optimisation de la gestion des actifs publics, la rationalisation des dépenses de fonctionnement et le renforcement de l’efficacité des dépenses d’investissement.

Ces efforts devraient permettre, selon le FMI, de ramener la dette publique à 60% du PIB à moyen terme (65% actuellement).

Enfin, l’équipe du FMI «encourage» les autorités à accélérer les réformes structurelles afin d’améliorer la gouvernance, lutter contre la corruption, réduire les disparités sociales et spatiales, ainsi que de renforcer l’éducation.

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 09 Juin 2024

Zone économique francophone: «Une richesse dont nous devons tirer profit»

Jeudi 23 Mai 2024

Experts-comptables: la profession face à de nouveaux enjeux

Vendredi 10 Mai 2024

Economie nationale: comment interpréter les éloges du FMI ?

Lundi 22 Avril 2024

Economie bleue: le Maroc s'engage résolument dans le développement du secteur

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux