L’usine Renault de Tanger devient plus performante

L’usine Renault de Tanger devient plus performante

La montée en puissance de l’écoystème Renault se confirme.

Le point avec Marc Nassif, DG du Groupe Renault Maroc.

 

Propos recueillis par C. Jaidani

 

Finances News Hebdo : Que représente pour votre groupe la fabrication de la gamme Renault Express à l’usine de Tanger ?

Marc Nassif : C’est un événement important pour l’usine de Tanger et pour le groupe Renault Maroc. Le projet a permis de relancer un modèle mythique qui a connu un grand succès commercial, notamment au Maroc. Il est très bien apprécié par les maîtresartisans, les entreprises, les professionnels et les particuliers. C’est une nouvelle étape tournée vers la technologie et la performance pour notre groupe. Le projet exprime également la confiance que le Royaume place dans le groupe et celle que le groupe a dans le Maroc.

Cela confirme aussi que nous sommes en train d’atteindre les objectifs et les engagements que nous avons fixés devant SM le Roi en avril 2016 et notre contrat de performance. Nous avons annoncé aujourd’hui que nous avons dépassé les 60% d’intégration locale. Cela s’accompagne aussi de la hausse du niveau de compétence de nos équipes.

 

F.N.H. : Qu’en est-il de l’écosystème système Renault ?

M. N. : L’écosystème Renault est sur le bon chemin. Il est en nette avancée par rapport à nos prévisions. Nos fournisseurs de rang 1 sont passés de 26 à près de 80 actuellement. A leur tour, ils ont montré un niveau de compétitivité élevé et ils participent activement au développement de la filière automobile, qui reste le premier exportateur du Royaume.

 

F.N.H. : Au niveau de l’export, comment se présente la demande pour vos produits ?

M. N. : Nous travaillons activement pour répondre à la demande de nos clients et combler le retard accusé par la crise. Nos véhicules sont très demandés pour leur qualité et leurs prix compétitifs. Nous distribuons des véhicules vers 70 pays et certains ne pourront recevoir leur véhicule que dans quelques mois à cause de la forte demande. Nous avons plutôt un problème de production et nous essayons de surmonter les quelques obstacles ayant trait à la disponibilité de certains intrants.

 

F.N.H. : Vous avez ratifié une convention collective avec vos employés. Quels en sont ses principaux fondements ?

M. N. : Nous avons déjà ratifié une convention collective avec notre partenaire syndical qui est l’Union marocaine du travail (UMT) en 2018. Aujourd’hui, il s’agit d’une révision. Elle concerne près de 9.000 salariés. Nous voulons toujours avoir un dialogue social constructif pour assurer le développement de l’usine et des ressources humaines. 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 20 Janvier 2022

Affaire de cryptomonnaie: la police met la main sur plus de 10 millions DH supplémentaires

Jeudi 20 Janvier 2022

Ecoles : catastrophe générationnelle

Jeudi 20 Janvier 2022

E-commerce: 20,7 millions d'opérations pour 7,7 MMDH en 2021 (CMI)

Jeudi 20 Janvier 2022

Conjoncture: Omicron relance les inquiétudes sur la croissance en 2022

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux