Immobilier: le secteur table sur les MRE pour booster l’activité durant la période estivale

Immobilier: le secteur table sur les MRE pour booster l’activité durant la période estivale

Cette population a bénéficié de plus de 20% des programmes d’aide au logement lancés par l’Etat, et s’intéresse également de plus en plus à l’immobilier professionnel.

 

Par C. Jaidani

Après des années de marasme, le secteur immobilier au Maroc commence à entrevoir une certaine relance. Il a bénéficié de la reprise des activités économiques qui étaient fortement impactées par la crise du Covid19. Le programme d’aide au logement a donné, lui aussi, une impulsion au secteur. Fatima Zahra El Mansouri, ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville, a livré récemment un bilan d’étape dudit programme.

Sur les 80.000 demandes déposées, 15.194 ont reçu un accord favorable, dont 20% sont des MRE. Sur les 73.711 bénéficiaires du programme Damane Sakane, 23% sont également des MRE. Près de 81% de la population cible sont concentrées dans quatre régions. Il s‘agit de Fès-Meknès avec 35,9%, Casablanca-Settat (34,54%), l’Oriental (6,5%) et TangerTétouan-Al Hoceima (4%).

«Les promoteurs immobiliers s’activent pour réussir la saison estivale qui coïncide avec le retour de nos concitoyens de l’étranger. Ils lancent des campagnes avec des offres attractives englobant des remises et autres avantages pour séduire les acquéreurs. Les MRE demeurent une clientèle très intéressée par l’investissement dans le secteur immobilier. Outre les demandes de logement, nous avons constaté un intérêt particulier pour l’achat d’immobiliers ou de foncier dédiés à des activités professionnelles. Ils sont intéressés également par l’immobilier locatif à vocation touristique. Cette catégorie est très prisée; elle assure un rendement intéressant et un retour sur investissement plus rapide. La plupart de ces produits sont concentrés dans les régions balnéaires et les villes touristiques, particulièrement Marrakech. Suite à la dernière crise économique en Europe, de nombreux MRE ont décidé de lancer des projets au Maroc pour un retour définitif ou partiel au pays», indique Mohammed Alaoui, expert en immobilier.

«Dans les grandes villes, les MRE ont une préférence pour les logements de type appartement qui ont une superficie comprise entre 50 et 100 m2, à cause des prix qui sont compétitifs pour ce genre de produits. Dans les régions, ils préfèrent des maisons de type marocain, R+2 ou R+3. A cet égard, cette population est de plus en plus séduite par les offres dans les périphéries des villes qui présentent un rapport qualité/prix compétitif  et des logements plus spacieux», explique Alaoui. Différentes études lancées dernièrement ont montré de nouvelles tendances dans le marché immobilier concernant les MRE. Si la France demeure le principal pourvoyeur de MRE intéressés par l’investissement dans le secteur avec plus de 58%, on note un fort intérêt dans d’autres pays comme l’Espagne ou la Suisse.

Considérés historiquement comme terre d’accueil de la diaspora marocaine, des pays comme l’Allemagne, la Belgique ou l’Italie ont vu une baisse de l’intérêt des MRE pour l’immobilier. Le site spécialisé «Mubawab» a dévoilé dernièrement les résultats d’une enquête par sondage, qui ont révélé que plus de 50% des MRE optent pour le crédit bancaire pour l’achat d’un bien immobilier au Maroc. La typologie des emprunteurs fait état d’un âge moyen de 39 ans, et 64,75% des emprunteurs sont de sexe masculin et 35,25% des femmes. Le montant moyen du crédit sollicité est de 89.353 DH pour un apport de 457.377 DH. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 18 Juillet 2024

La saga Samir

Jeudi 18 Juillet 2024

Marhaba 2024 : environ 538.000 passagers enregistrés jusqu'au 15 juillet

Jeudi 18 Juillet 2024

Transport urbain: la réforme du secteur des taxis devient une urgence

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux