Femmes administrateurs: mieux représentées, mais le chemin vers la parité est encore long

Femmes administrateurs: mieux représentées, mais le chemin vers la parité est encore long

Le Club des femmes administrateurs au Maroc (CFA) fête ses 10 ans.

Le cadre réglementaire évolue. Mais du travail reste à faire.

 

Par A. Hlimi

Elles étaient nombreuses ce 16 novembre dans l’Auditorium de l’ESCA à venir «célébrer» les 10 ans d’existence de ce Club, à travers une conférence sur les engagements ESG pour une gouvernance responsable. De moins en moins sceptiques sur l’importance du sujet, les dirigeants du public et du privé ont multiplié les actions en faveur de la diversité dans la gouvernance. La dernière loi sur la S.A a entériné cette priorité et les panelistes présents à cette conférence en témoignent. Pour la ministre de l’Economie et des Finances, la parité n’a pas uniquement pour but d’assurer la diversité, mais elle doit surtout être appréciée sous le prisme de la valeur ajoutée et de la performance qu’elle procure.

Nadia Fettah a aussi indiqué que «les problématiques ESG ne doivent pas uniquement être abordées dans les rapports des Conseils d’administration ou se voir consacrer quelques lignes dans les rapports d’activité. Cela doit être une préoccupation au quotidien et une conviction profonde… Nous travaillons aujourd’hui au sein du ministère de l’Economie et des Finances, avec l’Agence nationale de gestion stratégique des participations de l’Etat, sur l’actualisation du code marocain sur les bonnes pratiques de gouvernance des établissements et entreprises publics». A ce titre, le fonds Mohammed VI pour l’investissement, qui sera opérationnel dans les prochains jours selon la ministre, a également une stratégie ESG avec 6 piliers prioritaires, dont le genre. Le ministère est également en train de faire approuver de nouveaux décrets pour les EEP concernant les administrateurs indépendants, notamment en poussant la problématique du genre.

 

Marché des capitaux : Des avancées notables

La présidente de l’AMMC, Nezha Hayat, également membre fondatrice du CFA dont elle a assuré la toute première présidence, a rappelé les avancées notables réalisées sur le plan de la régulation pour promouvoir la bonne gouvernance et le renforcement de la participation des femmes dans les organes de gouvernance des entreprises. «Les considérations ESG sont des sources de risque que les entreprises se doivent de gérer correctement sous peine d’impacts négatifs sur la performance financière et la pérennité. Partant de ce constat, l’AMMC a développé une série d’initiatives pour installer la culture du développement durable au sein du marché des capitaux. Nous avons publié un guide sur la responsabilité sociale des entreprises ainsi que le reporting ESG, et ce dans l’objectif de sensibiliser les entreprises qui font appel public à l’épargne sur l’importance d’une démarche RSE solide et cohérente…».

L’AMMC a profité de ce guide pour communiquer sur les orientations futures de l’Autorité en matière de communication extra-financière, afin de préparer les émetteurs sur le marché des capitaux aux obligations de reporting ESG introduites en 2019. Pour la présidente de l’Autorité, malgré les coûts liés à cette nouvelle obligation, les émetteurs s’y sont conformés, car ils l’ont vue comme une opportunité de donner une image plus complète de la performance de leur entreprise, ce qui a été particulièrement utile en période de crise sanitaire. «Nous travaillons sur un outil et une méthodologie d’évaluation systématique et harmonisée des pratiques de reporting ESG des émetteurs en vue de décider des actions de régulation adaptées pour améliorer la qualité, la pertinence et la comparabilité des données ESG», poursuit-elle.

Nezha Hayat a également indiqué que la prochaine étape pour l’Autorité marocaine du marché des capitaux, et tel que prévu dans le plan stratégique du régulateur 2021-2023, est d’étendre le reporting ESG aux investisseurs professionnels et aux gestionnaires de portefeuille. Pour sa part, Amina Figuigui, présente du CFA, a déclaré que les enjeux ESG ne sont pas uniquement des enjeux de labels. Mais c’est en premier lieu un enjeu d’engagement et de transparence de la part de l’entreprise… Objectif : susciter la confiance des investisseurs et impliquer les parties prenantes pour créer un impact à long terme. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 01 Decembre 2022

OCP: près de 90 milliards de DH de CA sur 9 mois

Jeudi 01 Decembre 2022

Banques: Amethis annonce sa sortie du capital de CFG Bank

Jeudi 01 Decembre 2022

Fonds Mohammed VI pour l’investissement: le Maroc entend injecter 150 milliards de dirhams

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux