Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Economie

Entretien : «Aucune annulation massive pour l'instant»

Entretien : «Aucune annulation massive pour l'instant»
Lundi 30 Novembre -0001 - Par admin

Lahcen HaddadLe point avec Lahcen Haddad, ministre du Tourisme.

Finances News Hebdo : Quels impacts aura l’attentat sanglant en Tunisie sur l’industrie touris­tique marocaine ? Y a-t-il eu des annulations côté marocain ?

Lahcen Haddad :  Je tiens tout d’abord à exprimer toute ma com­passion aux familles et amis des vic­times, et je réitère la solidarité du gouvernement et du peuple marocains au peuple et au gouvernement tuni­siens en ces moments difficiles. Pour l’instant, aucune annulation massive n’a été enregistrée. Les prochaines semaines nous donneront davantage de visibilité sur l’évolution de l’activité touristique pour les mois à venir, par­ticulièrement pour la saison automne-hiver 2015-2016, qui connaît un ralentissement des commandes. Nous continuons de suivre de près la situation avec nos partenaires de la Confédération nationale du tourisme, afin d’évaluer l’impact et prendre les mesures nécessaires pour préserver les acquis et les performances de la destination Maroc.

F.N.H. : Dans son rapport du budget économique 2016 pré­senté récemment, le HCP prévoit une baisse de la valeur ajou­tée des activités touristiques de l’ordre de 2,7%. Qu’en pensez-vous ?

L. H. : Je ne sais pas sur quelle base le HCP a pu calculer cette baisse de la valeur ajoutée des activités touris­tiques. Ce que je peux vous dire, c’est que la part du PIB touristique dans le PIB global sera cette année de 6,5%, contre 6,8% l’année dernière, soit un recul d’à peine 0,3%. Quant à la part de la consommation intérieure du tou­risme dans le PIB global, elle est de 10,8 % cette année, contre 11,3%, soit un léger recul de 0,5%. On est donc loin des 2,7% dont parle le HCP !

Nous avons annoncé, il y a plusieurs mois déjà, que l’année 2015 sera une année difficile pour le tourisme marocain, en raison des multiples évè­nements perpétrés aussi bien dans les pays de la région que dans l’Hexagone, et ce depuis septembre 2014. Nos prévisions à fin 2015 sont de 10,5 millions de visiteurs, soit une crois­sance de +2%, un recul des recettes en devises de -4%, en raison notam­ment de la pression sur les budgets des ménages, mais aussi les efforts tarifaires consentis par les opérateurs pour faire face aussi bien à la concur­rence qu’à la conjoncture.

F.N.H. : Quelles sont les actions que vous comptez entreprendre pour atténuer l’impact de ces attentats sur le secteur et rassu­rer les touristes étrangers ?

L. H. : Bien avant l’accentuation de la conjoncture, nous avions déjà fait le choix de diversifier nos marchés pour réduire la dépendance du marché français, bien qu’il reste parmi nos marchés prioritaires. Nous avons éga­lement intensifié nos actions de com­munication, avec une stratégie à 360° couvrant tous les canaux médias, mais aussi avec une approche innovante et une signature nouvelle. Nous accor­dons une attention particulière à la communication digitale et aux réseaux sociaux ; ce qui nous permet d’accroître considérablement la visibilité de la des­tination Maroc au niveau international. D’ailleurs, c’est aussi grâce à ce travail continu que l’impact des évènements a pu être limité, durant le 1er semestre de cette année, à un recul de -1% seulement.

 

Propos recueillis par L Boumahrou

Partage RÉSEAUX SOCIAUX