Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Economie

Dématérialisation: le BAD électronique, un progrès pour le fret aérien

Dématérialisation: le BAD électronique, un progrès pour le fret aérien
Dimanche 18 Avril 2021 - Par admin

La RAM vient d’adopter le «Bon à délivrer électronique» en partenariat avec Portnet.

Cette nouveauté ferait gagner entre 24H et 48h aux importateurs.

 

Par B. Chaou

 

Après avoir lancé la dématérialisation de la soumission des déclarations sommaires via PortNet, la compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) adopte désormais la délivrance électronique de la note de livraison (NDL), communément appelée par les professionnels en logistique «bon à délivrer».

«Dans le cadre du déploiement de sa stratégie de digitalisation du fret aérien, Royal Air Maroc poursuit son innovation et s'associe à Portnet S.A pour l'adoption du bon à délivrer (BAD) électronique», explique la RAM à cet effet. Cette innovation introduite par la compagnie nationale vise la fluidification des flux du fret aérien, mais pas que.

Selon Rachid Tahri, président de l'Association des transitaires au Maroc (AFFM) et vice-président de la Fédération des transports et de la logistique de la CGEM, «cette avancée nous permettra d’améliorer la transparence, car tous les services liés à l’opération de dédouanement seront au courant des étapes par laquelle passe la marchandise. Ils pourront visualiser en instantané le déroulement du dédouanement et avoir rapidement et facilement accès à la traçabilité de cette opération».

«Avant cette introduction, l'importateur ou le transitaire devait se déplacer au bureau des douanes pour déposer le BAD, et cela consomme énormément de temps et de coûts aussi. Aujourd’hui, en un simple clic, les importateurs recevront ce précieux document, qui est automatiquement transmis à la base de données de la douane», ajoute-t-il.

Auparavant remis physiquement par le transporteur au consignataire de la marchandise, le BAD, document nécessaire à la livraison des marchandises placées sous surveillance douanière, est donc désormais généré automatiquement. Il est mis à disposition de l'importateur ou de son représentant de manière électronique, à travers la plateforme du guichet unique PortNet en se basant sur l'identifiant commun de l'entreprise (ICE) du destinataire. «Grâce à l'adoption du BAD automatique, le document est désormais disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Ainsi, nous passons d’un système totalement papier à un système dématérialisé à 100%», nous explique Rachid Tahri.

Des retombées positives sur l’investissement

Ce nouveau service tend ainsi à accélérer les opérations d'enlèvement et de sortie des marchandises, et à réduire les échanges physiques de documents entre la RAM et les importateurs nationaux. Il faut savoir que le plus gros des délais de la procédure d’importation était concentré sur la partie du tirage du BAD, qui est la plus importante pour avoir accès à sa marchandise et procéder à son dédouanement.

Avec la dématérialisation de ce document, les importateurs gagneraient au minimum entre 24H et 48H, un gain de temps considérable dans le secteur de la logistique, où les délais représentent un défi concurrentiel majeur. Ce levier de performance pourra également profiter pour la compétitivité des entreprises marocaines et le Doing business au Royaume, car plus les procédures administratives sont simplifiées et allégées, plus cela encourage l’investissement, qu’il soit national ou étranger.

Dans cette perspective, les administrations tendent de plus en plus à moderniser leurs systèmes afin de mieux répondre aux nouvelles exigences opérationnelles des entreprises. «A travers cette démarche mise en place au niveau de l'ensemble des terminaux fret de la compagnie nationale, les importateurs et transitaires nationaux bénéficieront d’une meilleure qualité de service, d’une chaîne logistique plus fluide, ainsi que d’une plus grande efficacité des processus de traitement des marchandises importées», fait savoir la RAM. 

 

 

 

 

Economie Actualité Économique Actualité Maroc

Partage RÉSEAUX SOCIAUX