AMDIE: le changement de tutelle ne fait pas l’unanimité au sein du CA

AMDIE: le changement de tutelle ne fait pas l’unanimité au sein du CA

L’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations est désormais sous la tutelle du ministère chargé de l'Investissement, de la Convergence et de l'Evaluation des politiques publiques.

Pour certains professionnels cependant, la promotion des exportations nationales doit être du ressort du ministère du Commerce.

 

Par M. Diao

Les derniers chiffres relayés par l’Office des changes confortent la nécessité pour le Maroc de muscler son dispositif national dédié au renforcement des exportations nationales. Pour preuve, au titre des sept premiers mois de l’année 2022, le déficit commercial s’est creusé de 53,5%, soit 63,9 Mds de DH, avec une dégradation du taux de couverture des importations par les exportations de l’ordre de 2,1 points (57,3% contre 59,4% lors de la même période de l’année dernière). Ce contexte de dégradation de la balance commerciale se heurte à une nouvelle majeure qui n’a pas échappé aux observateurs accordant un grand intérêt au commerce extérieur marocain.

En effet, le Conseil de gouvernement du 16 septembre 2022, présidé par Aziz Akhannouch, a approuvé le projet de décret n°2.22.711 visant à placer l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE) sous la tutelle de l’autorité gouvernementale chargée de l’investissement, au lieu de celle chargée de l’industrie et du commerce. En clair, l’entité publique, qui a lancé en grande pompe en octobre 2021 la marque Morocco Now à l’Exposition universelle de Dubaï, est désormais placée sous la tutelle de Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé de l'Investissement, de la Convergence et de l'Evaluation des politiques publiques.

Notons que la marque précitée est censée positionner le Royaume comme la destination la plus attractive pour l'investissement dans la région, où tous les éléments sont réunis pour favoriser l'ouverture et les échanges commerciaux avec les partenaires internationaux. Jusqu’ici, l’AMDIE, dirigée par le nouveau DG, Ali Seddiki, nommé en juillet 2022, était placée sous la tutelle de Ryad Mezzour, ministre de l’Industrie et du Commerce. Au-delà de ce rappel, on est en droit de s’interroger sur la logique qui soustend ce changement de ministère de tutelle. Dans la nouvelle configuration, la promotion des exportations sera-t-elle logée à la même enseigne que celle des investissements  ? Pour l’heure, il est difficile d’apporter une réponse tranchée à cette interrogation qui, pourtant, taraude l’un des représentants d’une entité, membre du Conseil d’administration de l’AMDIE.

 

Effet de surprise

A la question de savoir si le changement de tutelle de l’Agence est opportun, notre interlocuteur, qui siège au CA, apporte une réponse qui ne souffre d’aucune ambiguïté. «Il est incompréhensible, en tant que membre du CA de l’AMDIE, de ne pas avoir été consulté préalablement au changement de tutelle qui n’obéit pas à une logique pourvoyeuse d’efficacité. La promotion des exportations nationales est du ressort du ministère du Commerce, lequel doit disposer des fonds destinés à cet effet», confie notre source toujours sous le coup de l’effet de surprise, créé par la décision du chef de gouvernement. Notre interlocuteur, qui déplore le manque de concertation préalable, tout en reconnaissant la compétence du nouveau ministre de tutelle Mohcine Jazouli, ne manque pas de souligner qu’une discussion entre les membres du CA allait retarder, voire annuler le changement de tutelle.

Changement qui n’est pas toujours vu d’un bon œil par les exportateurs. D’ailleurs, certains d’entre eux appellent à la redynamisation des opérations de promotion des exportations nationales à l’étranger. Et ce, dans l’optique de consolider l’image de marque du made in Morocco hors du Royaume. Par ailleurs, le pessimisme exprimé par notre source ainsi que le manque de visibilité sur la mise en place d’une nouvelle stratégie nationale et les actions de promotion des exportations peuvent constituer de réels motifs d’inquiétude pour le commerce extérieur. «Je regrette la disparition de Maroc Export qui a été dissout au profit de l’AMDIE, dont le CA, qui devait se tenir il y a 3 ou 4 mois, a été reporté. Au moins avec Maroc Export, nous faisions de la promotion de l’offre exportable nationale à l’étranger», s’offusque le professionnel qui évolue dans l’export depuis des décennies. 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 26 Novembre 2022

Sécheresse: le potentiel de production et d’export impacté

Samedi 26 Novembre 2022

Santé: l’Afrique à l’unisson

Samedi 26 Novembre 2022

Enquête HCP: les violences physiques et sexuelles coûteraient aux ménages 2,85 milliards de Dh

Vendredi 25 Novembre 2022

Libérons l’artisanat du Folklore !

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux