Fonds Mohammed VI pour l’investissement: un cheval de bataille à 14 milliards de dollars

Fonds Mohammed VI pour l’investissement: un cheval de bataille à 14 milliards de dollars

Le Maroc entend injecter 150 milliards de dirhams dans le Fonds Mohammed VI pour l’investissement.

Le gouvernement avait lancé le Fonds Mohammed VI pour l’investissement en 2020, en exécution des hautes instructions du Roi Mohammed VI contenues dans le discours royal adressé le 9 octobre 2020 au Parlement, à l’occasion de l’ouverture de la 1ère session de la 5ème année législative de la 10ème législature. Le Roi a nommé l’ancien ministre des Finances, de l’Economie et de la Réforme de l’Administration, Mohamed Benchaaboun, au poste de Directeur général de ce Fonds, qui a reçu une contribution initiale de 15 milliards de DH (environ 1,4 milliard de dollars) du budget de l’État. Le Fonds Mohammed VI pour l’investissement devrait financer les grands projets d’investissement dans le cadre de partenariats avec le secteur privé. Il entrera également au capital de petites et moyennes entreprises et accordera des prêts aux entreprises actives dans les secteurs à haut rendement, selon son statut.

Selon le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des Politiques Publiques, Mohcine Jazouli, le Fonds jouera un rôle primordial dans la stimulation de l’investissement privé pour porter sa part de l’économie totale à deux tiers, contre un tiers actuellement. Et de noter que cela «sera réalisé grâce à la nouvelle Charte d’investissement qui prévoit des incitations financières et fiscales au profit des entreprises du secteur privé».

Jazouli prévoit que les financements locaux du fonds atteignent 45 milliards de DH, indiquant que «nous recourrons ensuite au marché international pour apporter des financements qui porteront les ressources du fonds à environ 130 à 150 milliards de DH». Le Maroc aspire à stimuler l’investissement privé et à l’orienter vers les secteurs verts, tels que les énergies renouvelables et les technologies modernes, en plus d’encourager l’investissement en dehors des grandes villes économiques.

Pour le FMI, l’opérationnalisation du Fonds Mohammed VI et la mise en œuvre de la nouvelle Charte de l’investissement devraient contribuer à stimuler l’investissement privé. Ce fonds aura pour rôle d’accompagner l’investissement public et privé dans le Royaume en mobilisant des capitaux publics et privés.  La ministre de l’Economie et des Finances, Nadia Fettah, a déclaré en novembre que ce fonds est doté d’une gouvernance moderne, aux normes les plus poussées, y compris en matière de parité dans le Conseil d’administration. 

 

Un budget d’investissement colossal en 2023
En octobre dernier, le Maroc a lancé une initiative visant à injecter des investissements supplémentaires de 550 milliards de DH sur 5 ans, en coopération entre le gouvernement et les secteurs privé et bancaire, pour créer 500.000 offres d’emploi, sous l’impulsion royale. De manière générale, le Maroc a approuvé des investissements gouvernementaux de 22 milliards de dollars au cours de l’année 2022, qui passeront à 28 milliards de dollars dans la Loi de Finances 2023, soit le budget le plus élevé jamais enregistré. Lequel budget vise à soutenir l’économie, affectée par la saison de sécheresse et les répercussions des tensions géopolitiques internationales.

 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 15 Juillet 2024

Ports situés sur la Méditerranée: baisse de 20% des débarquements de pêche à fin juin

Lundi 15 Juillet 2024

Carburants: les importations en hausse de 9,1% au premier trimestre 2024

Dimanche 14 Juillet 2024

Droits de l’Homme : «Notre pays a su mettre en place un corps de doctrine solide»

Dimanche 14 Juillet 2024

Applications mobiles : quelles catégories dominent le marché ?

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux