Assurance agricole: la multirisque, un bouclier contre les aléas climatiques

Assurance agricole: la multirisque, un bouclier contre les aléas climatiques

L’offre, qui peut être améliorée, comporte plusieurs avantages. 

La garantie a permis au Maroc d’avoir un code d’assurance agricole global.

 

Par C. Jaidani

Le réchauffement climatique a plusieurs incidences dommageables sur l’agriculture nationale, qui doit relever le défi de la résilience. Le Maroc est soumis à un climat semi-aride. Le risque de sécheresse ou d’inondation y est omniprésent. A ce titre, l’élargissement de l’assurance agricole multirisque, dont la garantie peut couvrir plusieurs risques climatiques, est de bon augure. Pour rappel, l’Etat a signé une convention relative à ce nouveau produit, dit assurance multirisque climatique, avec la Mutuelle agricole marocaine d'assurances (MAMDA). C’est tout naturellement que les professionnels du secteur ont salué l’initiative étatique.

L’extension de l’assurance était une requête de tous les professionnels. Au Maroc, les produits existants étaient non adaptés ou du moins limités. En clair, ce produit permet aux exploitants agricoles de mener leurs travaux, tout en étant couverts contre les aléas climatiques. Cette couverture produit résultant d’un partenariat public-privé a l’avantage d’assurer la transformation d'une garantie de l'Etat en un véritable produit d'assurance, et l'extension de la couverture aux principaux risques climatiques susceptibles d’infliger d’énormes pertes aux exploitants agricoles, pénalisés, aujourd’hui, par la hausse des prix des intrants.

Les risques concernent la sécheresse, la grêle, le gel, les vents violents, la tempête et la tornade, le vent de sable et les excès d'eau. Certains agriculteurs demandent l’élargissement de la multirisque à d’autres risques et d’autres filières particulièrement capitalistiques. Même si pour certains professionnels, ce produit d’assurance constitue déjà une modernisation et une extension de l’assurance multirisque déjà existante.

Concrètement, l’offre telle qu’elle est conçue, couvre les cultures les plus pratiquées au Maroc, notamment les céréales et les légumineuses alimentaires. Dans un premier temps, le produit a ciblé une superficie de 300.000 ha qui s’est étendue au fil du temps à d’autres superficies et d’autres cultures, avec l’objectif d’atteindre un million d’hectares. La garantie a permis au Maroc d’avoir un code d’assurance agricole global, comme cela existe dans les pays les plus développés dans le domaine agricole. Pour rendre l’assurance attractive, les prix ont été bien étudiés et adaptés aux conditions des agriculteurs nationaux.

L’exploitant a la liberté de choisir le niveau qui lui convient en fonction d’une grille de tarifs. Il importe de préciser que la garantie peut être étendue également à l’invasion acridienne ou à certains parasites ravageurs. De l’avis de certains agriculteurs, l’assurance incite à développer les investissements dans les céréales ou les légumineuses. Deux cultures qui ont enregistré au fil des années une marge baissière en raison de la stagnation des prix de vente et, surtout, du renchérissement des coûts de production. Ceux-ci ont connu une flambée conséquente depuis la période postCovid-19. En définitive, les exploitants souhaitent que des packages multirisques soient mis en place à la fois pour les cultures, les locaux, le matériel et le personnel, tout en prenant en compte les différents risques susceptibles d’impacter leur activité.

 

Ce qu’il faut savoir sur la convention multirisque
Le produit d’assurance multirisque, qui couvre tout le territoire national, augmente les niveaux de garantie de 45% (niveaux de garantie de 1.450 DH/ha, 2.900 DH/ha et 4.350 DH/ha). Le produit d'assurance «multirisque climatique» bénéficie d'une contribution financière de l'Etat visant à augmenter la pénétration de l’offre. Dans le détail, la contribution étatique se situe de 53 à 90% en fonction du niveau de garantie. Le montant de la cotisation ne dépasse pas 26 DH/ha pour le petit agriculteur. Concernant les niveaux de garantie supérieurs, les montants de la cotisation se situent entre 183 et 368 DH/ha. L'assurance multirisque climatique est particulièrement profitable aux petits exploitants.

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 20 Juillet 2024

Stratégie énergétique : Benkhadra détaille les grands chantiers de l’ONHYM

Samedi 20 Juillet 2024

ONCF : un bilan carbone sur les rails

Samedi 20 Juillet 2024

Campagne 2024/2025 : une saison agricole compliquée en perspective

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux