Culture & Société

Tous les articles

Mécénat: la Fondation BMCI joue (très) bien sa partition !

Mécénat: la Fondation BMCI joue (très) bien sa partition !

La BMCI apporte son soutien aux événements musicaux, encourage les artistes et fi nance des programmes de formation musicale. Ces initiatives insufflent une nouvelle énergie à une culture qui s’affaiblissait progressivement à mesure que les pouvoirs publics s’en désengageaient.

Dans «Le marchand de Venise», Shakespeare déclare : «L’Homme qui n’a pas une musique en luimême et qui n’est pas ému par le concert des sons harmonieux… est propre aux trahisons, aux stratagèmes et aux rapines». Il va de soi qu’un tel spécimen est une denrée rare, tant la faculté de musique, tout comme celle du langage, est innée. Depuis qu’il vit, il semblerait que l’homme a toujours cherché à émettre des sons et à les combiner. Tout d’abord avec sa voix, puis avec des instruments rudimentaires, comme en témoignent certaines peintures et fresques préservées dans des grottes préhistoriques. Quant à l’enfant, il apprend précocement à solliciter ses cordes vocales, puis à les moduler, donnant de la sorte de la voix, qui, une fois portée au loin fait naître le chant, premier instrument musical. Il ne lui reste plus qu’à développer cette capacité nouvellement acquise, pour la partager, par la suite, avec un grand nombre de personnes. Chose qui requiert une scène, un festival, etc.

Le mécénat culturel, une priorité

Le monde de l’argent est-il fatalement incompatible avec celui de l’esprit ? Les institutions bancaires, obsédées par les chiffres et les bénéfices, sembleraient mépriser le plaisir gratuit de la culture. Cela revient à tordre le cou à la réalité, car les banques les plus illustres ont toujours manifesté un intérêt particulier pour les lettres et les arts, investissant généreusement sans attendre de retour financier. C’est le cas de la Fondation BMCI, une entité puissante et rayonnante, qui embrasse le mécénat culturel, et plutôt de belle manière. En effet, la Fondation BMCI a apporté son soutien à plusieurs projets. Pendant 10 ans, elle a soutenu le Concours international de musique du Maroc. Elle a également été présente lors de la première édition du salon Visa For Music, une plateforme interprofessionnelle de l’industrie musicale au Maroc. De plus, elle a accompagné pendant plusieurs années le Printemps Musical Des Alizés, un festival dédié à la musique de chambre et à la musique classique à Essaouira. En outre, la Fondation a prêté la main à l’artiste marocaine Firdaous pour l’enregistrement de son clip «Rouh li halak», ainsi qu’à Karim Kadiri, artiste luthiste marocain, pour le lancement de son deuxième album intitulé «You are here» avec le groupe M’oud Swing. C’est ainsi que la musique continue à nous entraîner vers de nouveaux horizons. Lorsque, il y a plusieurs années, Philippe Lorain, qui n’hésitait pas à puiser dans ses propres fonds, fait appel aux portemonnaies d’éventuels donateurs (d’autant plus que Tanjazz est parvenu à maturité), la BMCI, charmée par son bagout persuasif, ne se fait pas forcer la main. Elle lui procura soutien. Sollicitée, elle eut l’élégance de ne pas le marchander. L’écot qu’elle apporte ne se veut pas chiffrable, dans la mesure où il s’étend par-delà le financement. À tout seigneur, tout honneur. La Fondation BMCI a soutenu la participation de la chanteuse Elisabeth Kontomanou et les artistes Ablaye Cissoko, Anne Pacéo ainsi que Rita Payes.

Jazzablanca, accessible pour tous à la Place des Nations unies

La BMCI a été profondément séduite par la magie du jazz, impressionnée par sa splendeur, son dynamisme, sa diversité et son originalité. Elle s’est engagée à le promouvoir. Décidant de renforcer son soutien à la musique jazz, elle devient sponsor officiel, depuis 2014, du Jazzablanca. Et, sous son impulsion, l’événement propose gratuitement des concerts au public casablancais sur la «scène BMCI», située sur la Place des Nations unies, mettant en avant tous les courants du jazz et révélant les jeunes talents marocains. Libre d’accès, ladite scène incarne la dimension urbaine et inclusive d’un festival profondément attaché à sa ville, qui se veut accessible à tous. Pour 2023, et suite à l’appel à projets lancé en début d’année, la scène BMCI a accueilli 6 groupes marocains, dont les registres et sensibilités musicales font la part belle aux musiques voyager le public sur des rythmes à la fois ancestraux et résolument modernes, reflétant la richesse et la diversité culturelle du Maroc d’aujourd’hui.

 

Jazz à tous les étages
Aux sources du jazz, musique née en Louisiane, précisément à la Nouvelle-Orléans, se trouvent les rythmes et les modes apportés par les esclaves noirs. Aussi, le negro spiritual est une des premières expressions musicales noires, puisant son inspiration dans les chants religieux protestants. Mais plus déterminant encore se révèle le blues, où l’âme noire confie dans une chanson rudimentairement accompagnée ses problèmes existentiels. Ce blues intervient dans tous les courants constitutifs de la trajectoire du jazz. Le premier style apparu est le New Orléans, du nom de la ville où il a vu le jour. Il se particularise d’emblée par l’emploi de petites formations d’où se détachent les instruments à vent et une section rythmique. Ce genre fondateur évoluera allègrement vers une forme classique. Duke Ellington propagera la mode des grandes formations orchestrales. Les thèmes originaux sont vite délaissés au profit de la chanson urbaine. C’est alors l’âge d’or du swing. Une plus profonde mutation s’opère avec le be-bop, éclos à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce dernier rompt la régularité rythmique au bénéfice d’une diversification des rôles instrumentaux, sans pourtant heurter la tradition. Un franc rejet de celle-ci apparaît avec le free jazz des années soixante, où l’improvisation la plus libre constitue le principal élément structurel de la musique. De cette présentation sommaire découle l’évidence selon laquelle le jazz est une musique évolutive, mouvante, volatile. Sous le terme, sont réunis des styles distincts, ne présentant parfois aucune commune mesure, et pourtant se réclamant crânement d’un même genre dont la vocation demeure l’expression, manifeste ou diffuse, d’une lutte sociale ou politique.

 

La soirée du 22 juin avait débuté en compagnie du groupe Izouran N-Sahara, tout droit venu de l’oasis M’hamid El Ghizlan. Place ensuite au duo Sound of Mint, qui a électrisé la scène BMCI au rythme d’un remix du légendaire Ali Farka Touré. Le lendemain (vendredi 23 juin), un public casablancais de tous âges et horizons s’est réuni autour de la scène BMCI afin de découvrir deux formations marocaines atypiques. La scène a d’abord accueilli le groupe Khmissa, dont le répertoire a mêlé rock et gnaoua, avant de faire place à Tarwa N-Tiniri, qui a chanté son amour du blues et de la poésie amazighe. Le samedi 24 juin, le public a eu rendez-vous avec le groupe Badil, qui a animé la place avec des sonorités rock psychédéliques et des mélodies du désert. Le groupe révélation Jubantouja a ensuite pris le relais pour un concert vibrant de clôture, mêlant musique métissée et poésie amazighe, directement venue du Haut-Atlas marocain... Tout cela montre que sans l’appui financier des entreprises les plus florissantes, plusieurs festivals et projets musicaux n’auraient pu prendre véritablement leur essor, même si ce soutien relève davantage du parrainage que du mécénat pur. La Fondation BMCI s’engage à répondre présente chaque fois qu’elle est sollicitée. Ne peut-on pas considérer le mécénat d’entreprise comme une aubaine pour notre culture ?

A la place des Nations Unies, des talents marocains à l’honneur sur la scène BMCI
• Izouran N-Sahara : La formation originaire de l’oasis M’hamid El Ghizlane envoûtera le public de par son authenticité en interprétant l’album «Tinsant», une ode à la richesse musicale du désert. • Sound of Mint : Duo formé par Fadel Lahlou et Joël Pellegrini. Il propose un mélange mystique entre musique électro et instruments africains. • Khmissa : Groupe lauréat du tremplin L’Boulevard dans la catégorie musique fusion, la formation offrira un concert alliant rock et gnaoua et interprétera son dernier EP, «Bouchachia», tout juste sorti en janvier dernier. • Tarwa N-Tiniri : Natif de Ouarzazate, le groupe Tarwa N-Tiniri sera également de la partie, avec son amour de la poésie amazighe, et sa fusion inédite entre le blues et les chants traditionnels du Sud-Est du Maroc. • Badil : Groupe casablancais qui fusionne les vibrations sahariennes et le rock alternatif psychédélique. • Jubantouja : Ce Groupe, qui conquiert petit à petit la scène musicale marocaine de par son talent et son originalité, proposera un concert mêlant Indie Folk et Pop Rock, dont les chansons sont entièrement interprétées en tamazight.

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 26 Mai 2024

SIEL: «L’idée que les Marocains ne lisent pas est un stéréotype persistant, mais la réalité est plus nuancée»

Jeudi 16 Mai 2024

L'AMMA célèbre la richesse du patrimoine musical traditionnel marocain

Lundi 06 Mai 2024

La Fondation BMCI réitère son soutien au Festival « Moroccan Short Mobile Film Contest » pour sa deuxième édition

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux