Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Nouvelle vision pour moderniser Rabat - Dossiers d'actualité Maroc

Nouvelle vision pour moderniser Rabat - Dossiers d'actualité Maroc
Vendredi 02 Aout 2019 - Par seo
DOSSIERS DE L'ETE. Rabat a besoin d’un vaste programme pour sa restructuration et sa modernisation. Premier concerné par cette question, le Conseil de la ville a élaboré son plan d’action communal pour les six années à venir, décliné en 8 axes stratégiques. Le point avec Mohamed Saddiki, maire de Rabat.

 

Finances News Hebdo : Comment se présente le plan d’action communal de la ville de Rabat ?

Mohamed Saddiki : Le Plan d’action communal (PAC) représente une opportunité pour la ville de Rabat, de par sa fonction de siège des décisions institutionnelles et politiques du pays. Il s’agit d’un instrument d’orientation sur les choix stratégiques et de programmation pour la capitale du Royaume. Il a permis de constituer une banque de projets, qui peut contribuer à la réalisation de notre vision pour le développement de la commune. C’est une feuille de route pour les six années à venir (2019- 2024), qui a nécessité un certain temps pour sa conception en vue d’assurer un diagnostic élargi et profond des défis que la communauté devrait relever. Ce PAC est décliné en huit axes stratégiques, dont le renforcement de la compétitivité économique de la ville, l’amélioration de la mobilité, le développement de l’équité spatiale à travers un aménagement urbain adéquat, la préservation de l’environnement, le renforcement du cachet culturel…

F. N. H. : Ces projets nécessitent un budget colossal. Avez-vous les ressources nécessaires pour les réaliser ?

M. S. : Le PAC a identifié 304 projets répartis sur les différents domaines que j’ai évoqués précédemment. Ce programme devrait mobiliser 16,8 milliards de DH répartis ainsi : la ville contribue à hauteur de 21% du budget total, soit 3,5 milliards de DH; le reste sera assuré par des partenaires publics et privés. Le volet transport et mobilité urbaine s’accapare la part du lion avec 10,2 milliards de DH. Nous voulons que le système soit équilibré et moderne afin de le rendre accessible pour qu’il réponde aux besoins des habitants de la ville.

F. N. H. : Comment jugez-vous le processus de décentralisation au Maroc ?

M. S. : Le programme de décentralisation a démarré au Maroc au cours des années 60. Il a connu un important gap en 1976, puis en 2009 et aussi en 2015. Le poids de la tutelle a, au fil des ans, diminué et la responsabilité des collectivités locales a été renforcée. Cela a permis d’ancrer la pratique de la démocratie de proximité, d’agir au plus près des populations et de promouvoir une participation citoyenne à la gestion des affaires locales. Ce processus, qui se poursuit, est fondé sur l’appui à l’autonomie des collectivités territoriales administrativement et financièrement. Les collectivités locales jouissent d’une place importante dans les politiques publiques de développement. Elles doivent bénéficier de la dynamique générée par la décentralisation à travers une réforme territoriale. ◆

rabat

Partage RÉSEAUX SOCIAUX