Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Secteur sportif : Entre ambitions et réalité - Dossiers d'actualité Maroc

Secteur sportif : Entre ambitions et réalité - Dossiers d'actualité Maroc
Jeudi 15 Aout 2019 - Par seo

 

DOSSIERS DE L'ETE. Le gouvernement multiplie la construction d’infrastructures sportives : sur la période 2018-2020, l’objectif est de réaliser 800 centres socio-sportifs de proximité. L’étude publiée par l’Observatoire Wafasalaf nous en dit long sur la réalité de la pratique sportive au Maroc.

 

Secteur sportif : Entre ambitions et réalité - Dossiers d'actualité Maroc

 

Secteur sportif : Entre ambitions gouvernementales et réalité

Le secteur sportif marocain fait l’objet d’une attention particulière du gouvernement. Actuellement, le budget du ministère de la Jeunesse et des Sports se situe autour de 3 Mds de DH. Même si les succès sportifs, toutes disciplines confondues, sont mitigés et ne sont pas à la hauteur des attentes, il y a une réelle volonté politique de développer le secteur.

Dans le projet de Loi de Finances 2019, les ambitions pour ce secteur ont été clairement circonscrites. Le gouvernement ambitionne ainsi de développer la pratique sportive pour le plus grand nombre de jeunes, mais aussi de préparer l’élite sportive pour les grandes compétitions et de renforcer le rayonnement sportif international du Maroc.

Dans ce cadre, le Royaume a ainsi remporté en 2018 le Championnat d’Afrique des nations (CHAN), tout comme il a été le candidat malheureux pour l’organisation de la  Coupe du monde de football 2026, finalement attribuée au trio Etats- Unis, Mexique et Canada. Dans le même sens, un coup de fouet a été donné à la col'équipe du Maroc remporte le CHAN - championnat africain des nations locauxnstruction de centres socio-sportifs de proximité (CSP), à travers la signature d’une convention avec le fonds d’équipement communal. L’objectif est de réaliser, sur la période 2018-2020, 800 CSP, mais aussi de réaliser, d’équiper et d’aménager plusieurs infrastructures (salles couvertes, piscines, CSP…). Enveloppe globale mobilisée par le gouvernement : 600 MDH.

Il s’est agi également en 2018 de poursuivre le soutien des fédérations royales marocaines sportives pour le développement du sport. Elles ont bénéficié, à ce titre, d’une subvention de 347 MDH. Pour cet exercice, plusieurs actions ont été planifiées par le gouvernement, dont notamment la réalisation des projets objet de conventions signées devant le Roi (Grand Casablanca, Rabat, Kénitra, Marrakech et Al Hoceima). Il s’agira tout autant de poursuivre la réalisation des infrastructures sportives dans le cadre de conventions de partenariat (CSP, salles omnisports, piscines…) et d’accompagner les fédérations pour la réalisation de leurs plans d’action, avec l’adoption d’une approche participative, dans l’objectif de la promotion et du développement du sport.

Malgré cette volonté affichée par le gouvernement de développer davantage le sport, ce secteur, à l’instar de plusieurs autres secteurs, fait néanmoins parfois face à un certain déficit de gouvernance, avec en toile de fond l’absence d’une stratégie cohérente et d’une vision à long terme. Cela décourage-t-il pour autant les Marocains à pratiquer le sport ?

Secteur sportif : Entre ambitions et réalité - Dossiers d'actualité Maroc

 

La pratique sportive au Maroc 

L’étude dévoilée par l’Observatoire Wafasalaf en novembre 2018 nous donne une idée assez précise de la réalité de la pratique sportive au Maroc. Intitulée «La consommation des ménages, regards croisés sur le sport», elle a été réalisée auprès de 833 personnes. Il en ressort que sur les répondants déclarant pratiquer une activité sportive (442), 66% le font pour améliorer leur condition physique. Les autres raisons citées sont l’amélioration de l’apparence physique (40%) et de la santé (37%), le plaisir (37%) et la détente (21%). A noter que seuls 2% des répondants font du sport pour arrêterde fumer.

marocains et le sport au maroc

Par ailleurs, sur une base de répondants ayant des enfants de moins de 15 ans (289), pour 90% des Marocains, la pratique sportive contribue à l’éducation des enfants. La grande majorité des répondants (81%) encourage ses enfants à pratiquer une activité physique en dehors du cadre scolaire, notamment avec leurs amis ou dans un  club ou une association sportive. Aussi, pour l’ensemble des enquêtés (833), l’étude fait ressortir, que ce soit pour la pratique ou juste pour regarder, que le football est le sport préféré (72%) des Marocains, devant le jogging, la natation et le tennis. Plus globalement, pour l’ensemble des répondants (833), le sport (40%) occupe le deuxième rang des principales activités pratiquées pendant le temps libre, après la télévision (57%). Et 36% des Marocains préfèrent aller au café pendant leur temps libre.

L’étude fait également ressortir que, sur les 833 répondants, 65% estiment que faire du sport coûte cher au Maroc. Et parmi les autres freins à la pratique sportive, 23% citent l’absence d’infrastructures de proximité. En outre, sur 442 personnes déclarant pratiquer une activité sportive, plus de 6 répondants sur 10 n’y consacrent aucun budget. «Pour les autres, le budget mensuel moyen consacré est estimé à 125 dirhams; 8% des pratiquants y consacrent un budget supérieur à 400 dirhams par mois», note l’étude. Qui peut, l’on s’en doute, servir de support aux autorités pour l’élaboration d’une stratégie sportive nationale plus en adéquation avec les attentes et besoins des Marocains. ◆

Partage RÉSEAUX SOCIAUX