Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Rabat : Un réel sanctuaire culturel - Dossiers d'actualité Maroc

Rabat : Un réel sanctuaire culturel - Dossiers d'actualité Maroc
Lundi 05 Aout 2019 - Par seo

 

DOSSIERS DE L'ETE.  Inauguré à Rabat par le Roi Mohammed VI en 2014, le musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain est le premier musée d’envergure construit par le Maroc. Mehdi Qotbi, président de la Fondation nationale des musées, nous parle de ce projet qui s’inscrit dans la vocation de faire de Rabat une ville culturelle par excellence.

 

Finances News Hebdo : Le volet culturel de la ville de Rabat a connu un réel essor ces dernières années. Qu’est-ce qui explique cela, selon vous ?

Mehdi Qotbi : Aujourd’hui, Rabat qui est la ville lumière, capitale de la culture, brille réellement de toutes ses lumières à travers le monde. Le développement culturel est impressionnant, et tout cela sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui a donné une importance et un éclairage à la culture. Il a donné la place qui est la sienne à la culture.

Aujourd’hui, le Maroc peut être fier de ses musées, sans citer la politique muséale qui est citée en exemple dans le monde. Le Maroc est devenu une référence. Même les grands artistes aiment aujourd’hui montrer leurs oeuvres au Musée Mohammed VI de Rabat. Nous continuons à développer les rénovations des musées et en même temps, nous essayons de les rendre accessibles à tous les Marocains.

Rendre accessible un musée, c’est d’abord le rendre accueillant, en lui redonnant une véritable synographie, en racontant une belle histoire qui peut séduire le public et qui peut charmer le visiteur. A travers les grandes expositions que nous avons organisées, nous avons pu rendre accessible à tous les Marocains et à nos visiteurs étrangers la possibilité de voir des expositions qui ne sont vues que dans les capitales européennes et américaines. Nous avons rendu accessibles Picasso à tous les Marocains, la collection du centre Pompidou avec Dali, Georges Braque, Henri Matisse, Joan Miró, Vassily Kandinsky, et tous les grands. Nous avons atteint en si peu de temps presque 25.000 visiteurs pour l’exposition des Impressionnistes, l’exposition d’Hassan El Glaoui, et l’exposition «Lumières d’Afrique», c’est un record.

C’est le même succès que connaissent aujourd’hui aussi Dar Sidi Said à Marrakech, et le Musée national du tapis que nous avons ouvert il y a un an. Nous donnons aux Marocains la possibilité de s’ouvrir à la culture ! Regardez les festivals de musique et le succès qu’ils rencontrent. Il faut donner de la lumière, de la beauté aux gens.

 

F. N. H. : Quelles sont les actions culturelles phares que vous avez initiées ?

M. Q. : Il ne faut pas oublier que l’année 2014 a été l’année d’ouverture du Musée Mohammed VI, qui a donné une visibilité de l’engagement du Maroc pour l’évolution culturelle. Et depuis, à Rabat, nous avons rénové l’ancien Musée de l’archéologie qui est devenu aujourd’hui le Musée de l’histoire et des civilisations. Nous ouvrirons également, dans les mois à venir, le Musée de la photographie, et nous avons à l’Oudaya le Musée de la parure.

En tout cas, au niveau de Rabat, de par toutes les expositions phares organisées chaque année, comme celles de Picasso, la collection de la Banque nationale d’Espagne «De Goya à nous jours», qui n’est jamais sortie du Royaume d’Espagne et qui nous a été prêtée, nous inaugurons chaque fois une première sur le continent, et parfois même dans le monde arabe. Ce fut le cas par exemple de l’exposition des Impressionnistes, qui reste une première en Afrique et dans le monde. Une exposition qui regroupe Auguste Renoir, Claude Monet, Paul Cézanne etc.

C’est aussi une première que Picasso vienne avec autant d’oeuvres que le Centre Pompidou nous a prêtées. Une chose très importante que l’on ne doit jamais négliger ni oublier, c’est qu’en parallèle de ces expositions de visibilité mondiale, nous rendons hommage à un artiste important marocain. Ainsi, nous avons rendu hommage à Cherkaoui, qui est considéré avec Gharbaoui comme étant les deux plus grands artistes.

Cela fait 50 ans que Cherkaoui est mort et pendant tout ce temps, il n’y a jamais eu une exposition de l’ampleur que nous avons eue à Rabat. Aujourd’hui, nous rendons hommage à Hassan El Glaoui, demain ce sera Fouad Bellamine. Nous accompagnons aussi le patrimoine moderne et contemporain pour mieux le faire connaitre à la population marocaine. ◆

rabat

Partage RÉSEAUX SOCIAUX