Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Editos

Le choix entre deux inconvénients

Le choix entre deux inconvénients
Jeudi 21 Mai 2020 - Par admin

Par Fatima Ouriaghli, directrice de la publication 

Confinement ou déconfinement? Le gouvernement devait trancher: il a choisit de prolonger l’état d’urgence sanitaires, car malgré la baisse apparente des cas de contamination au coronavirus, la situation épidémiologique reste encore très tendue et assez délicate. Le volet économique n’a pas pu donc faire pencher la balance.

Néanmoins, prolonger le confinement de trois semaines, c’est continuer à asphyxier l’activité économique et à perdre des points de PIB. Selon l’argentier du Royaume, Mohamed Benchaâboun, le confinement coûte au Maroc 1 milliard de DH par jour. Fin avril dernier, le haut-commissariat au Plan (HCP) estimait que la crois- sance économique nationale serait amputée de 8,9 points au deuxième trimestre 2020 par rapport à son évolution d’avant crise Covid-19.

Cela représenterait une perte globale potentielle d'environ 29,7 Mds de DH pour la première moitié de 2020. C’est beaucoup. Et plus l’économie nationale restera sous assistance respiratoire, avec un Etat providence à son chevet, plus les risques de faillites d’entreprises vont s’amplifier, et plus l’on s’expose à une aggravation du taux de chômage qui, déjà, est passé de 9,1 à 10,5% entre T1 2019 et T1 2020. Le taux de chômage qui pourrait atteindre 12.5% au terme de cet exercice, à en croire le FMI.

C’est pourquoi l’Etat dépense à tour de bras pour soutenir les entreprises en difficulté. Et il va encore continuer... à se saigner. Car, même si s’amorce le déconfinement, l’activité économique, confrontée à la fois à une crise de l’offre et de la demande, devrait reprendre en pointillé. Mais l’essentiel, diront certains, est de faire ronronner de nouveau la machine économique, de redonner vie à l’appareil productif, mais également de remettre en selle tous ceux qui, à cause du confinement, se sont retrouvés subitement sans aucune source de revenus du fait de l’arrêt de leurs activités.

Selon la dernière enquête du HCP, 34% des ménages marocains sont dans ce cas figure. Des ménages sur lesquels le confinement a des effets psychologiques importants, notamment l’anxiété, la peur, la claustrophobie, la nervosité, les troubles du sommeil. Protéger la population de la Covid-19 et maintenir le coma économique, en prenant le risque de voir apparaître ou s’aggraver d’autres morbidités, c’est le choix qu’à eu à faire le gouvernement.

Comme disait l’homme politique français Pierre Waldeck-Rousseau, «gouverner, c’est choisir entre deux inconvénients ».

Actualités Marocaines Actualité Économique Coronavirus

Partage RÉSEAUX SOCIAUX