Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Marché obligataire : Nouvelle baisse des taux en perspective

Marché obligataire : Nouvelle baisse des taux en perspective
Vendredi 19 Avril 2019 - Par Finances News

 

Les taux ont baissé de 16 pbs en moyenne au premier trimestre 2019.

Les investisseurs se contentent des niveaux de rendement actuels.

 

Par Y.S

 

Rompant avec la tendance observée en 2018, le premier trimestre de 2019 a connu une baisse sensible de la courbe des taux.

Attijari Global Research (AGR) observe une nette transition baissière de la courbe qui porte sur l’ensemble des maturités supérieures ou égales à 52 semaines. Les taux ont baissé de 16 pbs en moyenne contre une hausse de 7 pbs pour l’ensemble de l’année 2018.

Le montant adjugé par le Trésor, au cours du premier trimestre, s’élève à 20 milliards de DH, pour un niveau de soumission de 132 milliards de DH. Un niveau de demande qui appuie ce mouvement baissier. Car, si durant l’année 2018 les investisseurs se sont montrés réticents à placer leurs liquidités en attendant un rendement meilleur, leur comportement durant ce premier trimestre trahit leur appréciation des niveaux actuels.

L’analyse des spreads de taux montre également des écarts serrés entre les moins-disants et les mieux-disants. Une situation qui reflète une convergence des investisseurs pour l’acceptation de ces nouveaux niveaux de rendement.

La recherche d’Attijari explique que «d’une part, cette transition de la courbe trouve son origine dans une posture confortable du Trésor, avec notamment la prévision de deux sorties à l’international en 2019 et 2020 et la reprise du programme de privatisation». Et «d’autre part, nous assistons à une accumulation de liquidités auprès des investisseurs. Tenant compte d’une croissance économique modeste, les flux monétaires s’orientent naturellement vers les actifs souverains non risqués».

 

Baisse à court terme, hausse probable à moyen terme

En perspective, AGR s'attend à une évolution des taux contrastée entre le court et le moyen terme. «Sur les six prochains mois, le contexte plaide pour une poursuite de la baisse des taux, bien que nous soyons convaincus qu’elle serait de moindre ampleur que le T1-19», dénotent les analystes.

Toutefois, sur le moyen terme, le Maroc devrait naturellement faire face à des besoins de financement en hausse du fait de l’accumulation de l’endettement dans un environnement de croissance modérée et de faible inflation. Raison pour laquelle les analystes écartent «le risque d’une hausse forte et brusque des taux. Toute reprise pourrait s’inscrire dans la durée». Ils estiment en conclusion que «sur un horizon moyen terme, un réajustement haussier est probable». ◆

marché de capitaux

Partage RÉSEAUX SOCIAUX