Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Nouveau virage stratégique pour BMCE BOA

Nouveau virage stratégique pour BMCE BOA
Samedi 06 Avril 2019 - Par Finances News

Othman Benjelloun, président du groupe BMCE BOA. © Sohai Zefri/FNH.ma


 

Près de 5 milliards de DH supplémentaires vont être mobilisés au cours de la période 2019-2021 pour financer le développement du groupe.

 

Par A.E

 

Nouvelle raison sociale, nouvel actionnaire étranger, nouveaux objectifs à horizon 2021 : pour son 60ème anniversaire, BMCE Bank of Africa s’offre une seconde jeunesse.

Après des années de forte croissance à tous les niveaux (bilan, PNB, bénéfices, effectifs, capitalisation boursière, etc.), la banque panafricaine entame une profonde mue stratégique «porteuse d’une dynamique nouvelle de création de valeur pour le groupe», selon les dires du management.

C’est le président et actionnaire majoritaire, Othman Benjelloun en personne qui s’est présenté mardi devant la presse et les analystes pour détailler et expliquer les décisions entérinées, vendredi 29 mars, par le Conseil d’administration du groupe bancaire.

Premier enseignement : ce nouveau plan stratégique ne remet aucunement en cause le parti pris du groupe BMCE BoA pour l’Afrique. Bien au contraire.

«Le plan stratégique triennal 2019-2021 s’inscrit lui-même dans une vision long terme, dont les grands axes sont de faire de BMCE BoA un groupe panafricain de bancassurance de référence au service des Africains», a indiqué Othman Benjelloun.

Cet ADN africain est d’ailleurs encore plus assumé par la nouvelle appellation choisie pour le groupe. En effet, le président Benjelloun a annoncé, sous les applaudissements de la salle, que BMCE Bank of Africa s’appellera, à compter du 11 septembre 2019, Bank Of Africa. «L’Afrique est notre présent et notre avenir», résume-t-il. Tourner le dos à cette évidence, pour des considérations financières «court termistes», serait faire preuve de «myopie stratégique», n’en déplaisent à certains rapports d’organismes financiers étrangers qui viennent, parfois, sur un ton alarmiste, challenger cette option stratégique africaine.

Le plan triennal stratégique 2021 se présente comme un plan «ambitieux et raisonné», selon les termes du président. Ce plan doit permettre de dépasser le cap des 3 milliards de dirhams de résultat net part de groupe d’ici 2021 (contre 1,8 milliard de DH à fin 2018). Au niveau de la rentabilité, le plan triennal s’est donné pour objectif de maintenir un retour sur fonds propres, ROE, au-dessus des 12% (contre 11,3% à fin 2018).

 

De l’argent frais arrive

Pour financer ce plan de développement, le Conseil d’administration du groupe a adopté une série de mesures «sur ma recommandation», précise Othman Benjelloun. Ainsi, plusieurs augmentations de capital seront effectuées, témoignant de «la confiance» des actionnaires «dans l’avenir du groupe».

La première s’effectuera à hauteur du montant maximal que permet la distribution de 5 DH par action au titre de l’exercice 2018, soit environ 900 millions de dirhams. Cela se fera par la conversion optionnelle, en actions, des dividendes.

«Les actionnaires prendront l’engagement, au titre de l’exercice 2019, de faire reconduire cette opération de conversion optionnelle des dividendes», précise le président.

Quant à la seconde augmentation, elle s’effectuera par appel public à l’épargne (APE) d’un montant maximal d’un milliard de DH.

«Ces premières modalités d’augmentation de capital vont contribuer à ce que BMCE Bank of Africa puisse faire face à un développement organique ainsi qu’aux implications d’un resserrement réglementaire qui pèse sur ses fonds propres», explique Othman Benjelloun. A noter que la conversion optionnelle des dividendes de 2018 en actions, ainsi que l’augmentation de capital par APE seront réalisées dès 2019.

 

Un nouvel actionnaire

Autre temps fort de cette conférence : l’annonce de l’entrée «prochaine» d’un investisseur international à hauteur de 200 millions de dollars, soit l’équivalent de près de 2 milliards de DH. On n’en saura pas plus sur l’identité de cet investisseur. «Les dernières diligences juridiques restent à couvrir. Je serai en mesure de vous en dire plus dans les prochaines semaines», fait savoir Othman Benjelloun. 

Au total, ce sont près de 5 milliards de DH qui sont prévus d’être mobilisés au cours de la période 2019-2021.

Le président n’exclut pas, par ailleurs, au besoin, au cours de la période triennale, de renouveler l’expérience d’émission de dette subordonnée perpétuelle. Il n’exclut pas aussi de «considérer, prioritairement, les salariés de la maison-mère et de ses filiales au Maroc pour souscrire, ultérieurement et au besoin, à une augmentation de capital, et ce à hauteur d’un milliard de dirhams additionnels».

«Le Plan stratégique de développement triennal et son plan de financement illustrent cette mobilisation tous azimuts pour un élan renouvelé de création de valeur économique et sociale, au bénéfice de la collectivité marocaine et africaine», conclut Othman Benjelloun.◆

 


2018, une année d’optimisation bilancielle

La présentation des résultats annuels de la banque n’a pas donné lieu à l’habituelle projection de slides pour analyser la progression des agrégats financiers. Vous l’aurez compris, l’essentiel était ailleurs. On retiendra tout de même que le PNB consolidé a légèrement reculé de 1% à 13,2 milliards de DH, tandis que le RNPG a baissé de 10% à 1,8 Md de DH. Comme l’a expliqué le management, l’exercice 2018 a été consacré à la mise en adéquation des niveaux de fonds propres avec l’évolution rapide du fonds de commerce du groupe depuis 2010 notamment. Une consolidation qui s’est traduite par une nette amélioration des ratios règlementaires et qui fait que l’agence Fitch a rehaussé la notation de BMCE BoA de B+ à BB-.

 

 

 

BMCE Bank of Africa

Partage RÉSEAUX SOCIAUX