Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×
Mardi 05 Decembre 2017 - Par financenews

Eco-cité Zenata : la société d’aménagement fait le point sur l’avancement du projet

 

Le projet avance conformément au planning assure le management. L’Eco-cité Zenata est la première «ville» africaine à être labélisée ECL.

 

 

La durabilité est devenue un axe fondamental à intégrer dans tout projet, politique, stratégique et visionnaire. C’est dans cette optique que l’Eco-cité Zenata a été conçue.

Deux ans après le lancement de ce projet d’envergure, Mohammed Amine El Hajhouji, Directeur général de la Société d’aménagement Zenata (SAZ), filiale du groupe CDG, dresse l’état d’avancement du projet.

Le manager a affirmé que les travaux se déroulent conformément au planning, après le raccordement de la première zone de développement (PZD) de 800 ha aux trois réseaux : eau, électricité et assainissement qui a été finalisé fin 2016.

La connexion du collecteur d’assainissement de la PZD à l’intercepteur antipollution Est de la Lydec a été mis en service fin 2012. L’opérationnalisation de l’échangeur autoroutier ainsi que des premières voiries urbaines est effective depuis juin 2015.

La société d’aménagement poursuit son programme par le rehaussement et l’élargissement de la voie côtière, aujourd’hui inondable, sur plus de 2,5 km (livraison prévue été 2018) et la réalisation de la voie ouest connectant le territoire du nord (zone balnéaire) au sud (zone autoroutière) sur plus de 3 km (livraison prévue été 2018).

La société poursuit également la réalisation du premier quartier résidentiel d’une superficie de 70 ha dont la première tranche a été livrée en juillet 2017 et la deuxième en novembre 2017. Le top management n’a toutefois pas souhaité se prononcer, pour le moment, sur les promoteurs immobiliers qui se sont intéressés au projet.

 

Trois pôles d’activité

 

D’une superficie de 1.830 ha et d’une façade maritime de près de 5,5 km, ce projet vise à créer 100.000 emplois et à accueillir 300.000 habitants conformément aux standards internationaux de développement durable. Pour cela, l’éco-cité Zenata est structuré autour de trois pôles d’activités à forte valeur ajoutée.

Il s’agit premièrement d’un campus universitaire international orienté vers les métiers d'avenir dans la santé, l'ingénierie et le commerce. Un protocole d'accord a été signé entre la Société d’aménagement Zenata et l'Ecole ingénierie des arts et métiers ParisTech, en marge de la dernière rencontre ministérielle de haut niveau France – Maroc. L’objectif est de créer un campus «Industrie du futur» afin d'accompagner l'accélération industrielle en Afrique.

Le 2e pôle concerne le centre médical intégré qui comprend une unité de soins privée de plus de 200 lits et une offre complémentaire constituée d’un centre de formation paramédical, de cabinets médicaux ainsi que de structures d’hébergement. La filiale de CDG a déjà entamé les dernières discussions avec les opérateurs et les investisseurs.

Enfin, le 3e pôle concerne le centre commercial et de loisirs régional porté par un groupement d’investisseurs nationaux et internationaux, dont la 1e phase a été marquée par l’ouverture du premier IKEA au Maroc, le deuxième du continent.

 

Première ville africaine à être labélisée ECL

 

Le top management a ainsi réitéré les ambitions de développement durable du groupe en mettant l’Homme et l’innovation au cœur de sa réflexion urbaine. Un engagement qui s’est soldé par l’obtention du label de performance «Ecocity Label» (ECL) lors de la COP22, délivré par Cerway (organisme international et opérateur certificateur de HQETM). Zenata devient ainsi la première ville africaine à être labélisée ECL.

«Cette consécration a placé d’emblée l’éco-cité Zenata parmi les villes durables, pionnières et d’envergure à l’échelle internationale. Ce label permet non seulement de mesurer l’impact de la performance des actions concrètes de la ville, qui se veut durable et intégrée, mais c’est surtout un indicateur qui appuie notre engagement à maîtriser la réalisation de la concrétisation de l’éco-cité», a déclaré le DG du projet. ■

 

L. Boumahrou

 

 

 

Partage RéSEAUX SOCIAUX