Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Sociétés cotées : Pour HPS, sky is the limit

Mardi 02 Octobre 2018 - Par Finances News

Mohamed Horani, PDG de HPS


 

- HPS dégage depuis 3 ans des croissances à deux chiffres de ses résultats.

- Le management en promet encore plus avec le déploiement du Processing.

 

C’est presque devenu une habitude de voir HPS dégager des croissances bénéficiaires à deux chiffres année après année. La société gagne des galons et réussit à s'imposer dans le marché hautement acrobatique de la tech mondiale. Le management ne s’en cache pas d’ailleurs : «notre vision est de faire de HPS une entreprise de classe mondiale dans l’industrie du paiement». Cette ambition est portée depuis des années par une stratégie de croissance durable, dont les clés de succès sont la diversification et la récurrence des revenus.

Mais, avant d’en arriver là, HPS a fait du chemin. Pour nous le rappeler, le management a choisi de nous projeter son parcours lors des dix dernières années, à l’occasion de la conférence de presse post-résultats semestriels tenue mardi dernier. On y apprend notamment sur l’évolution des revenus de la société, qui ont presque quintuplé, passant de 66 MDH en 2008 à 300 MDH aujourd’hui. En termes de réseau, HPS compte 9 succursales, alors qu’elle n’en avait que deux en 2008. Cette diversification géographique lui permet d’exporter ses produits un peu partout dans le monde (+ de 90 pays), tout en absorbant, par moments, les contrecoups régionaux. «C’est une réelle force de frappe», commente le management.

L’effectif de la société, autre statistique parlante, a atteint 476 employés contre 115 il y a dix ans. D'ailleurs, le personnel concentre plus de la moitié des charges d’exploitation du Groupe (137 MDH sur un total charges de 252 MDH). Sur ce premier semestre 2018, la masse salariale a augmenté de 20%.

 

Processing : Un véritable fer de lance

À côté de cela, HPS a bouclé un premier semestre avec des bénéfices en hausse de plus de 41% à 42 MDH. Ses produits d’exploitation ressortent en hausse de 11% à 298 MDH. La moitié de ces produits d'exploitation représente des revenus récurrents, dont la part augmente de 6,5% à 150 MDH. Cette évolution résulte de la croissance de l’ensemble des activités du Groupe.

Parallèlement à l’activité de base du groupe (Solution), dont les ventes se sont élevées à 235 MDH au S1, c’est sur la nouvelle activité Processing que mise le plus HPS. Brahim Berrada, le Directeur général, explique que «le Processing dégage plus de marge que l’activité Solution». Et d’ajouter que «notre vrai potentiel est dans cette activité. Nous estimons aujourd'hui que les chiffres que nous générons sur cette activité sont très faibles par rapport à son potentiel réel, lequel ne fera qu'augmenter». Rappelons que la croissance de cette Business Unit, qui a démarré mi-2016, a été possible grâce à l’évolution continue des transactions de paiement au Maroc.

Pour sa part, la plateforme Switching mobile est prête et attend l’arrivée des premiers clients. La société s’attend à ce que le lancement du m-paiement booste l’activité du Switching et parle de plusieurs centaines de millions de transactions. «Nous espérons que le nombre de transactions viendra augmenter de manière substantielle nos chiffres», souligne Berrada.

Il y a quelques mois, HPS a acquis la propriété intellectuelle d'une solution «Core Banking» de microfinance et a élaboré une plateforme intégrant les briques PowerCard. «Aujourd'hui, nous sommes short-listés sur 3 processus d’appel d’offres (Bénin, Sénégal et RDC)», déclare Aziz Horani, directeur administratif et financier du Groupe.

 

Une trésorerie abondante

À la clôture du semestre, le Groupe affiche une trésorerie de 105 MDH contre 37 MDH un an auparavant. Pour Brahim Berrada, ce niveau de trésorerie «n’est pas de trop». «Cet excédent de trésorerie est considéré comme un matelas de sécurité. D'autant plus que nous n’avons pas recours à la dette bancaire pour financer notre activité, mais à nos fonds propres». Et de poursuivre : «ce plus de cashflow nous permet aussi de penser à d’autres challenges dans l’avenir, notamment de la croissance externe». Le management n’exclut pas le rachat d’un acteur du Processing dans le futur. ■

 

 

Par Y. Seddik

 

 

Bourse
Partage RéSEAUX SOCIAUX