Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×
Vendredi 09 Mars 2018 - Par financenews

Groupe BCP : Appétit grandissant pour l'Afrique

 

 

- Vers un hub en Afrique de l'Est.

- Mohamed Benchaâboun promet de nouvelles annonces en 2018.

 

 

Le groupe BCP sort d'un bon exercice 2017 marqué par une évolution plus saine des crédits au Maroc et une liquidité abondante dans le secteur bancaire, où les ressources ont augmenté de 50 Mds de dirhams en 2017, quand les crédits n'ont crû que de 30 Mds.

La banque du cheval a profité aussi bien des activités au Maroc qu'en Afrique. On retiendra un produit net bancaire qui dépasse pour la première fois la barre des 16 Mds de dirhams (+4,5%) et un RNPG qui progresse de 7,5% à 2,8 Mds de dirhams. Ces indicateurs profitent aussi bien de la croissance au Maroc qu'en Afrique, où l'appétit du groupe est grandissant.

D'ailleurs, trois opérations importantes ont été réalisées lors des mois derniers sur le continent. La dernière a été rendue publique le 20 février dernier, après la signature d'un accord portant sur l'acquisition auprès du groupe français BPCE de la banque des Mascareignes, basée à Maurice et sa filiale à Madagascar.

Kamal Mokdad, Directeur général de la Banque de l’International à la BCP, a expliqué en détail, à l'occasion de la conférence de présentation des résultats, les enjeux de cette opération. Selon lui, l'implantation à Maurice est justifiée par sa présence sur une place financière qui jouit d'une macroéconomie robuste et qui permet de se positionner sur les flux en provenance de l'Asie, particulièrement de l'Inde et de la Chine, vers l'Afrique. Maurice dispose «d'un bon système judiciaire» et «d'une attractivité fiscale», selon le responsable.

Cette filiale pèse un produit net bancaire de 150 millions de dirhams et plus de 3 milliards de dirhams de crédits. Le montant de l'opération n'a pas été dévoilé mais le management de la BCP indique qu'elle a été achetée avec un multiple de fonds propres inférieur à 1. Ces derniers sont évalués à 55 millions d'euros.

Quant à la filiale de Madagascar, elle tourne actuellement au ralenti. Ce n'est qu'après cette acquisition qu'«elle va réellement démarrer l'activité», étant donné que ce n'était pas un actif prioritaire pour l'ancien propriétaire.

 

Vers un nouveau véhicule d'investissements en Afrique ?

 

Dans une déclaration à Boursenews, Mohamed Benchaâboun a indiqué que «2018 verra la réalisation d'un nombre important d'opérations de croissance externe de la part du groupe».

Interrogé par une analyste sur la stratégie de la banque sur le continent et sur sa capacité à porter seule (la BCP) ses ambitions de croissance, Mokdad a annoncé que la banque est intéressée par des zones géographiques telles que l'Egypte ou la Tunisie, avec la perspective de créer un hub en Afrique de l'Est. Pour cela, le groupe n'écarte pas la mise en place d'une nouvelle structure de portage massifiée, une sorte de deuxième version de sa filiale Atlantic Business International (ABI), où seront logées ces potentielles acquisitions.

En tout cas, le management écarte, pour le moment, l'hypothèse d'un partenaire financier pour l'aider dans sa stratégie d'expansion.

Le Ghana et le Nigéria seraient aussi dans le collimateur de la banque.

Questionné également sur la volonté du groupe de se positionner sur les actifs de la BPCE en Afrique, qui cherche à recentrer ses activités, Mokdad a indiqué que «cela fera partie des sujets de 2018», rejoignant les propos de son PDG.

Se positionner en Afrique de l'Est permettra aussi au groupe de créer des ponts dans le Corporate entre l'Est, le Centre et l'Ouest où il est déjà présent et même leader sur certains marchés.

Une stratégie somme toute claire et volontariste qui permettra au groupe de s'assurer une large présence en Afrique et de diversifier d'autant ses relais de croissance. ■

 


La BCP n'oublie pas le Maroc

Si le groupe est résolument tourné vers le continent, la banque au Maroc reste tout de même une priorité où le management note une amélioration des parts de marché dans les dépôts, qui atteint 26,3%. La banque affiche une collecte nette de 12 milliards de dirhams auprès des particuliers résidents et Marocains du monde. En face, 8,5 milliards de dirhams de crédits ont été distribués. Quant aux filiales au Maroc, elles affichent une croissance de 7,3% de leur PNB.


 

 

 

Par A.H

 

 

Banque Banque centrale populaire
Partage RéSEAUX SOCIAUX