Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×
Lundi 16 Juillet 2018 - Par Finances News

Côte d’Ivoire : forte exposition des banques au risque de concentration des prêts

Siège de la BCEAO à Dakar, Sénégal


 

- Les cinq plus gros emprunteurs représentent 98,9% du capital des banques en Côte d’Ivoire

- La BCEAO met en œuvre des réformes comprenant des limites de concentration de crédit plus strictes

 

 

Une forte exposition à une poignée d'emprunteurs met en péril le secteur bancaire Ivoirien, et la réduction de ce risque sera un processus lent, malgré les réformes, a déclaré à Reuters un analyste senior de l'agence de notation Moody's.

 

La Côte d'Ivoire, l'une des économies à la croissance la plus rapide d'Afrique, représente environ 30% du total des actifs bancaires de l'Union économique et monétaire ouest-africaine.

 

Le faible taux de pénétration des banques (seulement 15% de la population possède un compte) et le manque d'information sur le crédit, a poussé les banques ivoiriennes à se concentrer sur ce qu'elles considèrent comme des emprunteurs fiables. Il s'agit souvent de grands conglomérats privés ou d'entités dans lesquelles l'État détient une participation, souligne Reuters.

 

«La concentration de l'actif est très élevée», a déclaré à Reuters Olivier Panis, responsable du crédit de Moody's pour les institutions financières en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. 

 

Selon une analyse du Fonds Monétaire International les prêts accordés aux cinq plus gros emprunteurs représentaient 98,9% du capital des banques en Côte d’Ivoire.

 

«Cela signifie que, du point de vue de Moody, il y a un risque de contagion si l'un de ces grands emprunteurs fait défaut, car il est très probable que vous trouverez le même emprunteur dans diverses banques et cela représenterait un très grand capital», rapporte Reuters. 

 

Bien que 25 banques opèrent en Côte d'Ivoire, le secteur est dominé par les cinq plus grandes, qui représentent environ 60% des actifs du système bancaire.

 

Quatre d'entre elles appartiennent à des banques étrangères ayant des activités dans la région.  Il s'agit notamment des unités locales de la Société Générale, de l'Ecobank, domiciliée au Togo, ainsi que de la Banque Atlantique et de la SIB, contrôlées respectivement par les établissements marocains BCP et Attijariwafa bank. 

 

«Parce que les grandes banques font partie de banques panafricaines, cela crée un risque transfrontalier», a déclaré Panis, qui ajoute néanmoins que «cela étant dit, nous considérons également que vous avez des banques marocaines solides, des banques françaises solides qui peuvent soutenir les banques en Côte d'Ivoire en cas de stress financier». 

 

Dans le cadre des efforts visant à respecter les normes réglementaires internationales de Bâle III, la Banque centrale de l'Afrique de l'Ouest, la BCEAO, met en œuvre des réformes comprenant des limites de concentration de crédit plus strictes. 

 

Bien que les changements devraient améliorer l'environnement de crédit, pousser les banques à diversifier leur clientèle de prêt ne sera pas immédiat, a dit Panis. 

 

«Il faudra du temps aux banques pour se mettre à l'aise avec les prêts aux PME et étendre leurs prêts au-delà de quelques blue chips, jusqu'à ce que des informations de crédit suffisantes soient disponibles auprès d'un bureau de crédit récemment créé», conclut-il.

 

 

Banque
Partage RéSEAUX SOCIAUX